Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

DaechAmr Al Absi, lieutenant d’Al Baghdadi en Syrie, éliminé dans un raid aérien

05.03.2016 à 10 H 23 • Mis à jour le 05.03.2016 à 13 H 43
Par
Le dirigeant de l'organisation Etat islamique, Amr al-Absi, nommé gouverneur de la province syrienne d'Alep par les terroristes, a été éliminé suite à une frappe aérienne, rapporte le site de monitoring SITE.

L’organisation de l’Etat islamique a perdu l’un de ses combattants de premier rang en Syrie. Amr Al Absi alias Abu Athir Ashami aurait été tué à Alep dans un raid aérien. L’information a été confirmée par SITE Intelligence Group.


Al Absi est considéré comme l’un des principaux chefs syriens de Daech qui entretenait des liens directs avec Abu Bakr Al Baghdadi. Il avait été désigné « gouverneur d’Alep » depuis février 2014. De nombreuses pages jihadistes sur les réseaux sociaux ont rapporté qu’il était l’émir de Daech pour tout le territoire syrien. Al Absi aurait à ce titre supervisé la création d’une brigade de combattants belges, dont Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attaques de Paris aurait fait partie.

Responsable de l’assassinat de plusieurs journalistes

On lui attribue aussi nombre d’atrocités, comme l’enlèvement et l’assassinat de journalistes étrangers en Syrie dont le reporter de guerre James Foley. Aucune annonce officielle des pays engagés dans des frappes en Syrie n’a pour le moment confirmé son élimination. Daech n’a pas non plus annoncé sa mort.


L’élimination d’Abdoulnadir  Badaoui, un autre djihadiste haut placé a elle aussi été annoncée, rapporte l’agence de presse russe Sputnik. « Ces derniers jours, les terroristes ont à plusieurs reprises pilonné des quartiers populeux de la ville syrienne d’Alep », précise l’agence.


Les observateurs indiquent qu’après l’introduction du cessez-le-feu les attaques des jihadistes se sont considérablement multipliées. Le cessez-le-feu a pris effet en Syrie le 27 février. Les conditions de la trêve sont applicables à toutes les parties en conflit, excepté les groupes terroristes comme Daech, le Front al-Nosra et d’autres organisations extrémistes reconnues comme telles par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Par @StitouImad
Le Desk Newsroom