Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Compte-renduTGR: Les dépenses et recettes des collectivités territoriales en nette progression

19.08.2016 à 19 H 18 • Mis à jour le 19.08.2016 à 19 H 18
Par
La dernière note de la Trésorerie Générale du Royaume a épluché les comptes des collectivités territoriales en terme de dépenses et de recettes. Dans le détail, toutes les rubriques ont connu des progressions.

Dans sa dernière note, la Trésorerie Générale du Royaume (TGR) s’est intéressée aux finances des collectivités territoriales. À leurs dépenses, qu’elles soient ordinaires ou d’investissement, comme aux recettes générées. En 2015, les collectivités territoriales ont dépensé 35,8 milliards de dirhams, soit 13,3 % de plus qu’en 2014.


Ce sont les communes urbaines qui en ont absorbé le plus, avec 18,4 milliards de dirhams, représentant 51,3 % de l’enveloppe totale. Le reste est consommé par les communes rurales, les préfectures et provinces ainsi que les régions. Dans le détail, les dépenses ordinaires représentent un taux de 60 %, soit 21,4 milliards de dirhams, entre charges du personnel, les autres biens et services et les charges d’intérêts de la dette. Ce montant est supérieur à ce qui a été utilisé en 2014 de 2,5 %, en raison de l’augmentation observée dans les différentes rubriques du passif. Du coté des autres rubriques, les collectivités territoriales ont beaucoup investi en 2015, par rapport à l’année précédente. La note de la TGR comptabilise 14,5 milliards de dirhams qui ont servi à l’investissement, soit une progression de 34,2 %. Une hausse qui s’explique, entres autres, par l’augmentation de 41,2 % des émissions au titre des programmes nationaux et de 32 % des travaux neufs et grosses réparations, réalisées par les collectivités territoriales.


Les communes urbaines en tête des recettes

En face, les recettes des collectivités territoriales se sont établies à 35,6 milliards de dirhams pendant la même période, soit une hausse de 11,6 % par rapport à l’année précédente, grâce notamment aux recettes transférées par l’Etat qui avancent de 13 %. Les communes urbaines s’accaparent, là encore, de la part du lion avec 50,6 %, soit 18 milliards de dirhams. C’est sur ce point que la note de la TGR a constaté une certaine anomalie structurelle dans les finances des autres collectivités territoriales à part les communes urbaines. « La répartition des recettes par type de collectivités territoriales durant l’année 2015 permet de relever que les ressources transférées sont inversement proportionnelles aux ressources propres », commente la TGR. En gros, à part les communes urbaines, les autres vivent aux crochets de l’Etat. Dans le cas des préfectures et provinces, les ressources transférées représentent 96,8 %, pour les communes rurales le taux est de 77,7 %, et enfin 70,3 % des recettes des régions. Dans ce cadre, les recettes fiscales ont atteint 29,5 milliards de dirhams, ce qui représente 82,8 % des recettes globales et sont en progression de 9,2 % par rapport à leur niveau de fin décembre 2014. Cette hausse trouve son origine dans l’augmentation de 11,7 % des impôts directs et de 8,4 % des impôts indirects.


Globalement, la TGR explique que les finances des collectivités territoriales ont dégagé un excédent de 3,9 milliards de dirhams à fin décembre 2015, soit moins qu’en 2014 de 400 millions de dirhams.

Par @berradaelmehdi
Le Desk Newsroom