Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

BanqueAttijariwafa bank récolte les résultats bénéfiques de sa moisson africaine

09.09.2016 à 12 H 23 • Mis à jour le 09.09.2016 à 13 H 43
Par
La filiale bancaire de la holding royale SNI a réalisé un résultat net part du Groupe (RNPG) de l'ordre de 2,5 milliards de dirhams au premier semestre 2016, en accroissement de 7,9% par rapport la même période de 2015, a annoncé la banque.

« Attijariwafa bank a conclu le premier semestre de 2016 sur des performances satisfaisantes tout en améliorant ses positions de marché sur la quasi-totalité des lignes métiers dans ses différents pays de présence », souligne le groupe bancaire dans sa communication financière.


Avec un retour sur capitaux propres (RoE) de 15,5 % et un retour sur actifs (RoA) de 1,4 % (+0,9 point et 0,1 point respectivement par rapport au premier semestre 2015), la rentabilité financière du groupe s’améliore, poursuit la même source.


Une croissance tirée par l’International

En effet, la croissance a été tirée particulièrement par la banque de détail à l’international qui voit ses indicateurs s’améliorer significativement avec des contributions au produit net bancaire, au résultat net consolidé et au résultat net part du Groupe en croissance de 9,4 %, 34,9 % et 58,6 % respectivement. Une performance qui s’explique, selon la banque, par une croissance organique soutenue, ainsi que par le renforcement de la participation dans le capital des filiales sénégalaise (CBAO) et ivoirienne (SIB) à 83 % et à 75 % au quatrième trimestre 2015.


Porté par l’ensemble des compartiments : marge d’intérêt (+0,2 %), marge sur commissions (+11,6 %), résultat des activités de marché (+7,9 %, le PNB du groupe s’accroît, quant à lui, de 3,5 % pour se situer à 10,1 MMDH, à fin juin 2016. Le résultat net consolidé également en progression de 7,1 % ressort à 3 MMDH, grâce à la capacité confirmée du Groupe en matière de maîtrise des charges (+5,4 %) et de gestion proactive des risques (-5 %), ajoute la filiale de la SNI dans son communiqué, publié sur le site de la Bourse de Casablanca.


A fin juin 2016, l’épargne totale collectée par la banque en hausse de 5,1 % est passée à 393,6 MMDH, avec une part de 81,9 % au Maroc et 18,1 % à l’international, au moment où les crédits totaux distribués totalisent 264,2 MMDH, en bonification de 3,8 % par rapport à la première moitié de 2015. Leader dans les services bancaires et financiers au Maroc et en Afrique, le groupe a vu son nombre total d’agences progresser de 13,9 % à 3.844, dont 722 à l’international.


Maîtrise des risques et performances à l’international

« Dans un contexte sectoriel marocain marqué par la décélération de la croissance et le resserrement des marges d’intermédiation, le groupe bancaire fait de la maîtrise du risque et de la montée en puissance des activités à l’international les principaux drivers de sa rentabilité », commentent les analystes d’Upline Securities.


Dans le détail, en termes d’activité et dans un marché en perte de vitesse au Maroc, les prêts et créances sur la clientèle du groupe se sont hissés de 4,4 % à 264,2 milliards de dirhams tirés à la fois par l’activité de distribution de crédits au Maroc (+4,5 %) et en Afrique (+5 %). Côté collecte, les dépôts de la clientèle consolidés ont affiché une progression de 2,2 % à 280,4 MMDH, portés aussi par le Maroc et l’Afrique. Son PNB est tiré principalement par la marge sur commissions (+11,6 %) et le résultat des opérations de marché (+7,9 %), ajoute la même source. En revanche, la marge d’intérêt a marqué une quasi-stagnation (+0,2 %) à fin juin 2016.


Par ligne métiers et à l’exception de l’Assurance et Immobilier (-4,5 %), tous les autres pôles d’activités ont contribué positivement à la croissance de la profitabilité du groupe notamment la banque universelle au Maroc, Europe et Zone Offshore (+1,4 %), les Sociétés de financement spécialisées (+4,4 %) et la Banque de détail à l’international (+9,4 %). L’analyste des résultats semestriels d’Attijariwafa bank fait également ressortir une augmentation du coefficient d’exploitation du Groupe de 84 points de base à 45,3 %, pour un résultat brut d’exploitation en hausse de 1,9 % à 5,5 MMDH.


S’agissant des provisions, le coût du risque poursuit son allégement entamé depuis l’année dernière, en enregistrant une baisse de 5 % à 1,1 MMDH.Les analyses d’Upline ont noté, à ce propos, que le taux de créances en souffrance du groupe s’établit à 7,1 % à fin juin 2016, soit le même niveau qu’à fin 2015. Par zone géographique, ce taux se situe à 6,7 % au Maroc (contre 6,6 % à fin 2015), à 9,8 % en Afrique subsaharienne (10,6 % à fin 2015) et à 6,5 % en Tunisie (6,8 à fin 2015), ont-ils fait remarquer, relevant que le taux de couverture s’élève à 72,2 % durant la première moitié de 2016, contre 71,9 % à fin 2015.


Pour sa part, l’évolution du RNPG est redevable principalement à l’allégement du coût du risque au premier semestre 2016, ainsi qu’une amélioration de 58,6 % de la contribution de la banque de détail à l’international au RNPG à 588,8 millions de dirhams, profitant notamment d’une augmentation de la participation de la banque dans deux filiales à savoir SIB et CBAO au quatrième trimestre 2015.


Durant le semestre écoulé, le groupe a également lancé un nouveau plan stratégique baptisé « Energies 2020 », pour continuer sur son élan.Cette nouvelle stratégie vise notamment à consolider du business model de la banque en tant que Groupe financier panafricain avec une position de référence dans l’ensemble des lignes métiers et de mettre la satisfaction client au centre de toutes les actions du groupe.

Par
Le Desk Newsroom