Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Législatives 2016El Omari promet une législation interdisant le cumul de mandats pour les députés

09.09.2016 à 23 H 26 • Mis à jour le 09.09.2016 à 23 H 28
Par
En cas de victoire aux législatives, le secrétaire général du PAM s'engage à lutter contre le fléau de l'absentéisme des élus en proposant un texte de loi interdisant le cumul de mandat de député avec d'autres fonctions notamment la présidence des communes

Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) compte, en cas de victoire aux prochaines élections législatives, présenter un projet de loi interdisant le cumul de mandat de député avec d’autres fonctions notamment celles relatives à la présidence des communes urbaines et rurales, a souligné, vendredi à Rabat, le secrétaire général du PAM, Ilyas El Omari.


S’exprimant lors d’une rencontre organisée par la Fondation diplomatique sur le thème « l’opposition : droits et pratique démocratique » à laquelle ont pris part près de trente ambassadeurs accrédités au Maroc, El Omari a indiqué qu’il s’agit à travers ce texte de « garantir que les députés se consacrent à l’action parlementaire et à renforcer la présence des députés lors des sessions parlementaires », tout en appelant à trouver « une solution au fléau de l’absentéisme ».Ce phénomène d’absentéisme, a-t-il dit, s’explique par le fait que « les députés ne se consacrent pas totalement à l’action parlementaire, résident dans des endroits lointains ou exercent d’autres métiers ».


El Omari : le PAM en pole-position

Par ailleurs, le secrétaire général du PAM se dit confiant de la victoire de son parti lors des prochaines élections législatives du 7 octobre prochain, en se basant sur « les projections effectuées par sa formation et sur son suivi permanent de la situation politique, de la nature des listes électorales qu’il a approuvées, de la chance de ses candidats et de l’évaluation de la performance des partis concurrents », estimant que le PAM est actuellement « en première position ».


En réponse à une question au sujet des partis avec lesquels le PAM pourrait s’allier pour former le prochain gouvernement s’il arrive en tête lors des élections législatives, El Omari a soutenu que le parti conclura des alliances avec des partis avec lesquels il partage « son référentiel moderniste et libéral et non pas avec des partis adoptant des positions et des référentiels divergents ».


Evoquant la situation économique, le secrétaire général du PAM a noté que l’économie marocaine fait face « aux problématiques de l’emploi, de l’endettement et des taux bas de croissance », promettant, en cas de victoire de son parti lors des prochaines échéances électorales, de réaliser « un taux de croissance de 5 % afin de créer 150 000 emplois annuellement, d’alléger l’endettement et d’investir dans l’économie solidaire ». (Une base de programme jugée trop optimiste par Le Desk)


S’agissant du secteur l’enseignement, il a estimé que ce secteur ne connait pas une crise mais plutôt « une situation inquiétante » sur les plans de « l’inadéquation entre l’enseignement et l’emploi, de la prise de décision stratégique au sujet de la langue d’apprentissage et de son contenu et de la faiblesse des structures d’accueil ».


Avec MAP

Par
Le Desk Newsroom