Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

InterviewBilal Marmid : « Je n’ai pas envie de faire de la télévision consensuelle, il y en a assez au Maroc »

26.09.2016 à 20 H 34 • Mis à jour le 26.09.2016 à 23 H 33
Par
L’émission « Face à Bilal Marmid » ou « FBM » pour les inconditionnels, va passer au format télé et sera diffusée sur Medi1TV chaque vendredi à 21 h35. Son animateur, Bilal Marmid, dévoile au Desk les premières indiscrétions.

Êtes-vous au courant que la télévision est un autre métier ?

Oui, mais le « FBM » à la base est une émission qui se prête au format télé. Les deux dernières saisons ont réalisé plus de 5 millions de vues. C’est ce qui nous encouragé à penser à transformer l’émission au format télé.


Donc, vous allez recycler tous les invités déjà passés à la radio ?

Pourquoi pas si l’invité a une actualité, sans oublier que devant les caméras les débats prennent un autre ton grâce à la magie de la télévision. Nous allons également nous ouvrir à d’autres personnalités du monde de la culture comme les écrivains ou les artistes qui peuvent apporter un regard singulier sur le cinéma.


Peut-on en déduire que le FBM sera moins incisif que son format original ?

Absolument pas. On garde le même esprit en poussant l’invité dans ses retranchements ou en l’encensant si son travail le mérite. Je n’ai pas envie de faire de la télévision consensuelle, il y en a assez à la télévision marocaine. Si le FBM est policé, il perdra son esprit.


Est-ce votre idée ou celle de Hassan Khiyar, le patron de Medi1TV, réputé pour son obsession de transformer la chaîne en radio télévisée ?

C’est lui qui m’a proposé le nouveau format et j’ai accepté sans hésiter. L’émission sera enregistrée dans nos studios à Rabat, mais en format « one shot », pour être proche de l’esprit du direct. Mon premier invité sera l’acteur Amine Naji qui a une actualité très forte avec le film A mile in my Shoes. L’idée est de commencer avec un format de 35 minutes qu’on pourrait rallonger en y incluant des capsules.


Allez-vous abandonner votre style arrogant et votre look pas très télégénique ?

(Rires). Ce n’est pas de l’arrogance, c’est juste que je maitrise très bien ce que je fais. Côté look, je ne vais rien changer et c’était ma seule condition. Je sais que je prends des risques en passant à la télévision, mais je suis prêt à relever ce nouveau défi devant une nouvelle catégorie de spectateurs.


Allez-vous demander une augmentation ?

J’y pense. J’espère que Hassan Khiyar lira l’interview.

Par @HichamMood
Le Desk Newsroom