Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

DissidenceKhat Achahid appelle à l’arrestation du chef du Polisario en cas de visite en Espagne

08.11.2016 à 13 H 30 • Mis à jour le 08.11.2016 à 13 H 30
Par
Dans un communiqué diffusé de Madrid, le groupe dissident du Polisario a appelé à l'arrestation de Brahim Ghali en cas de visite sur le territoire espagnol

Le groupe dissident du Polisario, Khat Achahid (Voie du martyr), réputé proche du renseignement marocain, a lancé mardi un appel aux autorités espagnoles pour arrêter le chef des séparatistes, Brahim Ghali, en cas d’une éventuelle visite en Espagne, rappelant qu’il est poursuivi pour crimes contre l’humanité par l’Audience nationale.


Khat Achahid appelle, dans un communiqué diffusé à Madrid, à l’arrestation de Barhim Ghali lorsqu’il arrivera en Espagne afin qu’il soit déféré devant la justice espagnole pour répondre des crimes contre l’humanité pour lesquels il est poursuivi.


La même source rappelle que Barhim Ghali est accusé par l’Audience nationale, la plus haute juridiction pénale d’Espagne, de crimes contre l’humanité, notamment d’assassinat, de tortures, de disparitions forcées, de terrorisme et de détention illégale.


Accusation de stalinisme

Le communiqué rappelle aussi que le chef du Polisario, « qui a les mains entachés du sang des Sahraouis innocents », a été élu grâce à un « montage théâtralisé suivant le modèle des régimes totalitaires d’idéologie staliniste ».


Par la même occasion, Khat Achahid a lancé un appel à la classe politique espagnole et aux citoyens du pays ibérique pour boycotter Brahim Ghali, qu’il accuse d’être responsable de plusieurs atrocités commises dans les prisons secrètes du Polisario et dans les camps de Tindouf, en territoire algérien.


Khat Achahid plaide aussi pour un soutien des partis politiques et de la société civile espagnols afin que Brahim Ghali soit jugé en Espagne, ajoutant que plusieurs « dirigeants criminels du Polisario », responsables des conditions infrahumaines vécues par les Sahraouis depuis plus de 40 ans dans les camps de Tindouf, voyagent à travers le monde en toute impunité.

Par
Le Desk Newsroom