Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Sureté nationaleAbdellatif Hammouchi fait le bilan annuel de sa stratégie sécuritaire

20.12.2016 à 18 H 25 • Mis à jour le 20.12.2016 à 18 H 41
Par
Lutte contre la criminalité, renforcement du sentiment de sécurité, modernisation des infrastructures, application des principes de gouvernance, moralisation de la police, la DGSN communique sur ses réalisations au titre de l'année 2016

« Lutte contre la criminalité, renforcement du sentiment de sécurité, modernisation des infrastructures, application des principes de gouvernance, moralisation de la police… », autant de termes avancés par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) qui par un communiqué sous forme de rapport circonstancié relayé par la MAP, a présenté son bilan sécuritaire de l’année 2016.


Une stratégie qui a permis, selon la DGSN, d’améliorer « la qualité des prestations sécuritaires au service des citoyens et contribué à améliorer l’efficacité des services opérationnels de la sécurité ».


Nouvelles unités d’intervention

Première étape, la création d’unités mobiles de la police de secours dans les préfectures de police de Rabat et de Marrakech et au niveau du district préfectoral de Salé, dans l’attente d’être généralisées à moyen terme. Elles ont permis rapporte la direction de la police à répondre à plus d’un million d’appels.


En terme d’infrastructures, plusieurs districts et arrondissements de police ont été créés suivant l’expansion des agglomérations urbaines ainsi que quatre salles de contrôle et de coordination servant à gérer les interventions sur la voie publique.


La DGSN annonce avoir mis en place 7 Brigades Régionales d’Intervention (BRI) dédiées aux grandes affaires criminelles, 2 Groupes de recherches et d’intervention (GRI) à Fès et à Salé, destinés aux opérations de terrain, 4 Brigades régionales de la police judiciaire (BRJP) en charge des enquêtes et investigations dans les crimes économiques et financiers et 19 cellules régionales d’analyses et de statistiques au sein des différents QG sécuritaires, afin d’analyser les nouvelles tendances criminelles.


Autres nouveautés : la qualification des Brigades des mineurs et des cellules d’accueil des femmes, l’équipement de salles et de véhicules destinés à conserver les preuves d’inculpation et à en garantir la valeur juridique devant les autorités judiciaires, et la mise en place d’un programme informatique d’identification instantanée par reconnaissance faciale à l’Aéroport Mohammed V de Casablanca.


Il a aussi été procédé à la création de 16 groupes de préservation de la sécurité et de l’ordre, dont 10 compagnies mobiles de sécurité, 5 compagnies de lutte anti-émeutes et 1 compagnie d’intervention rapide à Rabat, outre deux groupes préfectoraux de protection des services étrangers à Rabat et à Casablanca.


Le bilan fait état aussi du renouvellement en cours de la tenue des fonctionnaires de la sûreté nationale et de leurs accessoires et l’informatisation de l’ensemble des services centraux et décentralisés de la sûreté nationale, dont une partie sera utilisée dans la réalisation du programme de gestion informatique des arrondissements de police (GESTAR).


Dans un objectif de rationalisation des ressources, il a été procédé à l’adoption d’un programme informatique de gestion du parc automobile et de véhicules de police, En terme d’équipement des 416 arrondissements de police, 1 244 véhicules de police nouvellement bariolés ont été acquis en 2016, en sus des 1 146 livrés en 2015. Dans ce cadre, un effort particulier a été consenti pour rationaliser les dépenses de la DGSN, et l’assainissement des arriérés des frais de fonctionnement de plus de 67 millions de dirhams.


Informatisation et nouvelles technologies
La DGSN a mis en place en 2016, un système informatique de collecte des données biométriques dans les consulats du Maroc à Bruxelles et à Orly, et prochainement à Marseille, afin d’accélérer la délivrance des pièces d’identité aux MRE. Une procédure simplifiée et sécurisée a été instaurée pour délivrer documents, cartes de résidence et visas aux étrangers, aux réfugiés et aux migrants demandeurs de régularisation, et à l’insertion des mesures sécuritaires biométriques dans les fiches anthropométriques, dans le permis de port d’armes invisibles et dans les autorisations d’utilisation des explosifs, afin de les prémunir contre toute falsification ou usage à des fins criminelles ou frauduleuses.


En termes statistiques, plus d’un million de fiches anthropométriques, près de 2 millions de cartes électroniques d’identité nationale, plus de 100 000 visas au niveau des postes frontière ont été délivrés.


Concernant la politique migratoire, 1 155 autorisations de prolongement de délai de visa d’accès au Maroc, ainsi que de 44 530 cartes et documents de résidence aux étrangers et de 466 cartes de réfugiés, dont 71 nouvelles cartes et 395 autres ayant fait l’objet de renouvellement, en plus de la réalisation de 16 288 documents de résidence dans le cadre de la procédure relative à la régularisation de la situation des migrants irréguliers au Maroc


L’opération Marhaba 2016 a profité à plus de 2,6 millions de MRE. La DGSN dit avoir contrôlé près de 21 millions de mouvements de voyageurs à travers les différents postes frontière nationaux.


Lutte contre le crime organisé

Volet des plus sensibles, la lutte contre le crime a connu l’adoption d’un plan d’action intégré, portant sur l’arrestation des personnes recherchées, la répression des affaires de trafic de drogues et des comprimés psychotropes, la lutte contre la possession d’armes blanches sans motif légitime, le démantèlement de réseaux criminels actifs dans de nombreux domaines de criminalité, et enfin la prévention contre les crimes violents qui nuisent au sentiment de sécurité.


Les opérations sécuritaires ont conduit à l’arrestation de près de 500 000 suspects, dont près de 151 000 individus recherchés, soit une hausse d’environ 23 % par rapport à 2015.


Près de 90 000 personnes ont été interpellées dans le cadre d’affaires de drogues et de stupéfiants (+12,31 % par rapport à 2015). Un record, celui des saisies de drogue ayant atteint avec 106 tonnes et 870 kg de haschich, ce qui représente une hausse de plus de 55 tonnes par rapport à 2015. L’opération de saisie de 1,5 tonne de cocaïne, très médiatisée par le BCIJ, a été mise en exergue dans le rapport.


En matière de coopération internationale de lutte contre le crime organisé transfrontalier, 141 mandats d’arrêts internationaux ont été diffusés, contre 75 seulement en 2015, alors que 120 individus recherchés au niveau international ont été arrêtés, contre 59 l’année précédente. Au total, 77 commissions rogatoires internationales ont été exécutées au Maroc, outre la participation à l’exécution de 27 commissions rogatoires internationales à l’étranger.


S’agissant de la sécurité routière, 1,7 millions de véhicules ont fait l’objet de procès-verbaux pour infraction et 230 663 véhicules ont été mis en fourrière municipale. Les services de la sûreté nationale ont également constaté 53 955 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain dans l’ensemble des villes marocaines.


En terme de gestion administrative, plusieurs mesures ont été adoptées tant pour le recrutement, l’avancement et la formation des policiers. Plusieurs pays africains, notamment de Tanzanie, Soudan, Gambie, Burkina Faso, Centrafrique, Sénégal et de Madagascar ont profité de stages de formation à l’Institut Royal de police.


Grands chantiers pour 2017

.La DGSN a lancé la construction de son nouveau siège à Rabat, qui abritera toutes les directions et services centraux et répondra aux normes architecturales et sécuritaires requises dans les établissements sensibles.


De même, l’édification des nouveaux sièges du Laboratoire national de la police scientifique et de la Brigade nationale de la police judiciaire est en cours de préparation, outre la construction d’une nouvelle école de formation des policiers au niveau de la rocade de Rabat, et précisément à El Arjat.

Par
Le Desk Newsroom