Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Energies renouvelablesLe parc éolien de Jbel Lahdid financé à hauteur de 3,6 milliards de DH

25.01.2017 à 14 H 42 • Mis à jour le 25.01.2017 à 14 H 42
Par
Le projet Jbel Lahdid consiste en la construction d’un parc éolien d’une capacité installée totale de 200 Mégawatts. Il remplacera environ 158.103 tonnes équivalent de pétroles et évitera les émissions dans l’atmosphère d’environ 475 200 tonnes de CO2/an

Le lancement des travaux du projet du parc éolien de Jbel Lahdid (200 MW), est prévu pour 2017 dont le programme intégral est détaillé lors d’une journée d’information organisée à Essaouira le 25 janvier 2017.


Le projet s’inscrit dans le cadre de la mise en place de la nouvelle stratégie énergétique du Maroc visant le développement des énergies renouvelables. La filière éolienne portera sur une production électrique d’une puissance de 2 000 MW d’ici 2020.


Cette stratégie, adoptée en mars 2009, a pour objectifs principaux de sécuriser l’approvisionnement en diverses formes d’énergie, d’en assurer l’accessibilité à des prix optimisés, de rationaliser l’utilisation des sources énergétiques tout en veillant au respect de l’environnement.



Le projet Jbel Lahdid consiste en la construction d’un parc éolien d’une capacité installée totale de 200 Mégawatts. Il remplacera environ 158.103 tonnes équivalent de pétroles et évitera les émissions dans l’atmosphère d’environ 475 200 tonnes de CO2/an.


Lire aussi : Nareva, bientôt premier producteur privé d’électricité du royaume


Ce projet d’envergure nationale a pour objectifs la valorisation du potentiel marocain d’énergie éolienne et le développement d’une industrie éolienne marocaine par le biais du transfert d’un savoir-faire.


Situé le long des crêtes du Jbel Lahdid à la commune territoriale de Sidi Ali Kourati, ce projet sera géré par l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (MASEN) ou/et l’ONEE-Branche électricité et sera financé par la Banque européenne d’investissement (BEI), la KFW, le Fonds Hassan II, la Société d’Investissements Energétiques (SIE) et l’ONEE-BE à hauteur de 3,6 MMDHS.

Par
Le Desk Newsroom