Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Note d'informationLe HCP dresse un état des lieux préoccupant du chômage

09.02.2017 à 15 H 08 • Mis à jour le 09.02.2017 à 15 H 11
Par
Le Haut Commissariat au plan a rendu public une note d’information sur l’état des lieux, l’évolution et les caractéristiques du chômage et du sous-emploi pour l’année 2016. Elle confirme une situation alarmante, notamment auprès de la population jeune et urbaine. Compte-rendu

L’économie nationale a perdu 37 000 postes nets d’emplois en 2016, résultant d’une hausse de 26 000 en milieu urbain et d’une perte de 63 000 en milieu rural, contre une création annuelle moyenne de 27 000 emplois durant les années 2014-2015 et 95 000 pendant la période 2008-2013, selon Haut-Commissariat au Plan (HCP).


Cette perte d’emploi est le fait de la création de 126.000 postes d’emploi rémunérés, dont 25.000 en milieu urbain, et la diminution de 163.000 postes non rémunérés, en totalité enregistrés en milieu rural, précise le HCP dans une note d’information sur la situation du marché du travail pour l’année 2016.


Ainsi, le volume global de l’emploi est passé de 10 679 000 personnes en 2015 à 10 642 000 en 2016, souligne le HCP.


Avec un accroissement de 0,9 %, le volume d’emploi dans les “services”  s’est accru de 38.000 postes au niveau national, dont environ 29.000 dans la branche des “services personnels et domestiques”  et 8 000 dans le “commerce de détail hors magasin” , après une création annuelle moyenne de 109 000 postes au cours des années 2011-2013 et 37.000 postes au cours des années 2014-2015, fait savoir la note.


Après une perte moyenne de 35 000 postes d’emploi par an durant les années 2012 et 2013 et une stagnation en 2014, le secteur des BTP a créé 36 000 emplois (+3,6 % du volume de l’emploi du secteur) en 2016, soit le double de ce qu’il a créé en 2015, relève le HCP.


De son côté, après avoir perdu en moyenne annuelle 22 000 postes durant la période 2009-2014, le secteur de l’”industrie y compris l’artisanat”  a également connu une reprise en 2015 avec la création de 15 000 postes, puis de 8 000 en 2016, soit 0,6 % du volume de l’emploi du secteur, indique la même source.


Ces nouveaux postes proviennent particulièrement de la branche du “travail du bois et fabrication d’articles en bois”  qui en a créé 6 000 (75 %) bénéficiant de la reprise de l’activité dans les BTP.


En revanche, après une création de 58 000 postes en 2013 et de 16.000 en 2014, le secteur de l’”agriculture, forêt et pêche”  a connu, en raison de mauvaises campagnes agricoles, la perte de 32 000 postes d’emploi en 2015, puis de 119 000 en 2016, ce qui correspond à une baisse de 2,9 % du volume d’emploi du secteur, ajoute la note.


Baisse du taux de chômage à 9,4 % en 2016

Le taux de chômage au niveau national a atteint 9,4 % en 2016, contre 9,7 % un an auparavant, soit une baisse de 0,3 point, selon le Haut-commissariat au plan (HCP).


Avec une baisse de 43 000 personnes (45 000 en milieu urbain et 2.000 en milieu rural), le nombre de chômeurs est passé, entre 2015 et 2016, de 1 148 000 à 1 105 000 personnes, a expliqué le HCP dans sa note d’information.


Entre les deux périodes, le taux de chômage est ainsi passé de 14,6 % à 13,9 % en milieu urbain et de 4,1 % à 4,2 % en milieu rural, a précisé le HCP, faisant savoir que dans ces conditions, la baisse du taux de chômage est “l’expression d’un recul du volume de chômage (-3,7 %) plus important que celui de l’emploi (-0,4 %)” .


Les baisses les plus importantes du taux de chômage ont été relevées parmi les adultes âgés de 35 à 44 ans (-0,7 point) et les détenteurs d’un diplôme (-0,4 point) qui restent, cependant, respectivement 135.000 et 854.000 chômeurs, souligne la même source.


Le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans a, toutefois, enregistré une hausse de 1,7 point pourcentage au niveau national, 2 points pourcentages en milieu urbain et 1 point pourcentage en milieu rural, portant leur volume à 392.000 au niveau national, 283.000 dans les villes et 109.000 dans les campagnes, a relevé le HCP.


Un peu plus de la moitié des chômeurs, soit 54,7 %, sont à la recherche de leur premier emploi en 2016, dont 49 % sont des hommes et 67,7 % sont des femmes, selon le Haut-Commissaire au Plan (HCP).


Près des deux-tiers (67,2 %) chôment depuis une année ou plus (63,4 % des hommes et 75,8 % des femmes) et 29,1 % des chômeurs se sont retrouvés en chômage suite au licenciement (23,9 %) ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur (5,2 %), précise le HCP, dans une note d’information sur la situation, l’évolution et les principales caractéristiques du chômage et du sous-emploi en 2016.


Parmi les chômeurs, 68 000 personnes en 2016, soit 6,1 % du volume global du chômage, sont découragées par la recherche active d’un emploi, contre 6,7 % une année auparavant, a indiqué la note, ajoutant qu’ils sont à 83,8 % des citadins, à 60,4 % des hommes, à 54,1 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans et à 78,1 % des diplômés.


Le taux de chômage a atteint 14,3 % parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau moyen, avec un pic de 23,2 % parmi les actifs ayant un certificat de spécialisation professionnelle, et s’est établi à 21,9 % parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur atteignant sa valeur maximale (25,3 %) au niveau des lauréats des facultés, fait savoir le HCP.


Selon la même source, près d’un tiers (33,5 %) des chômeurs détiennent un diplôme de niveau supérieur (25,5 % des hommes et 51,5 % des femmes).


La population active occupée sous employée est en majorité (85,8 %) masculine et rurale à 53,7 %, dont 56,3 % parmi les hommes contre 38,6 % parmi les femmes, selon le Haut-Commissaire au Plan (HCP).


Cette population reste jeune ne dépassant pas l’âge de 30 ans (15-29 ans) à 38,8 % (39,8 % parmi les hommes et 32,6 % parmi les femmes) et diplômée à 42,5 % (9,9 % détiennent un diplôme de niveau supérieur), précise le HCP dans une note d’information sur la situation, l’évolution et les principales caractéristiques du chômage et du sous-emploi en 2016.


Parmi les 1 207 000 personnes en situation de sous-emploi, 980.000 (soit 81,9 %) exercent un emploi rémunéré (82,1 % parmi les hommes et 79,5 % parmi les femmes), et 848 000 (soit 70,5 %) pâtissent d’un sous-emploi lié à l’insuffisance du revenu tiré de leur travail ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi (71,7 % parmi les hommes et 63,3 % parmi les femmes), fait savoir le HCP.


Le taux de sous-emploi est passé de 10,8 % en 2015 à 11,3 % en 2016 au niveau national, relève la note. En volume, le nombre des actifs occupés en situation de sous-emploi est passé, au cours de la même période, de 1 154 000 à 1 207 000. Par milieu de résidence, le taux est passé, respectivement dans les villes et dans la campagne, de 9,9 % à 10,2 % et de 11,8 % à 12,4 %, et les effectifs de 533 000 à 556 000 et de 621 000 à 646 000, précise la même source.


Au niveau national, le taux de sous-emploi des hommes (13,1 %) représente plus que le double de celui des femmes (6,2 %). En milieu urbain, ce taux (10,3 %) est presque égal à celui des femmes (10,1 %), alors qu’en milieu rural, il est environ cinq fois plus important, soit respectivement 16,6 % et 3,8 %.


Le sous-emploi demeure plus répandu dans les secteurs des BTP, où il a atteint le niveau de 18,5 %, et de l’agriculture où il touche un peu plus du dixième (11,6 %) de la population active employée dans ce secteur, ajoute la même source.


Baisse du taux d’activité à 46,4 % en 2016

Le taux d’activité s’est établi à 46,4 % en 2016, contre 47,4 % en 2015, enregistrant une baisse de 1 point, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).


La population active âgée de 15 ans et plus, qui s’est établie à 11 747 000 personnes, a baissé, entre les années 2015 et 2016, de 0,7 % au niveau national (-0,3 % en milieu urbain et -1,1 % en milieu rural), a expliqué le HCP dans une note d’information sur la situation du marché du travail pour l’année 2016.


Quant à la population en âge d’activité, elle s’est accrue de 1,5 %, ajoute la même source.


Le taux d’emploi a, quant à lui, reculé de 0,8 point au niveau national, passant de 42,8 % à 42 %, de 0,5 point en milieu urbain et de 1 point en milieu rural, passant respectivement de 35,4 % à 34,9 % et de 54,4 % à 53,4 %, relève le HCP.


Le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a augmenté, entre 2015 et 2016, de 1 154 000 à 1 202 000 personnes au niveau national, de 533 000 à 556 000 personnes dans les villes et de 621 000 à 646 000 dans la campagne. Le taux de sous-emploi est ainsi passé de 10,8 % à 11,3 % au niveau national, de 9,9 % à 10,2 % dans les villes et de 11,8 % à 12,4 % dans la campagne.


Au niveau national, le taux de sous-emploi des hommes (13,1 %) représente plus que le double de celui des femmes (6,2 %). En milieu urbain, ce taux (10,3 %) est presque égal à celui des femmes (10,1 %), alors qu’en milieu rural, il est environ cinq fois plus important (16,6 % contre 3,8 %).

Par
Le Desk Newsroom