Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

TerrorismeEspagne : arrestation d’un ressortissant marocain lié à Daech avec la participation de la DGST

15.02.2017 à 11 H 31 • Mis à jour le 15.02.2017 à 11 H 32
Par
L'individu a focalisé son activité, au cours des deux dernières années, sur le recrutement de jeunes pour le compte de Daech, en maintenant des relations directes étroites avec ses cibles et en évitant d’utiliser les réseaux sociaux pour ne pas être repéré

La police nationale espagnole a procédé à l’arrestation, mercredi 15 février à Vitoria et à Alicante, de deux personnes en lien avec l’organisation terroriste Daech, dans le cadre de deux opérations conduites en collaboration avec les autorités marocaines.


Il s’agit, selon un communiqué du ministère espagnol de l’Intérieur, d’un homme de nationalité marocaine âgé de 41 ans et d’une femme de nationalité espagnole âgée de 36 ans.



Le ressortissant marocain arrêté à Vitoria est « un ex-combattant du front Al Nosra qui assumait, depuis son retour de Syrie, un rôle clé dans la structure d’endoctrinement et de recrutement pour le compte de Daech, l’objectif final étant l’envoi d’adeptes à la zone de conflit syro-irakienne pour combattre dans les rangs  » de cette organisation terroriste, explique la même source.


Un entrainement militaire avec Al Nosra

Le mis en cause a reçu un entrainement militaire de la part du front Al Nosra, branche syrienne et libanaise d’Al Qaida, avant de l’abandonner à cause de désaccords avec certains de ses postulats, pour rejoindre ensuite Daech.


L’enquête des services de sécurité a révélé que cet individu a focalisé son activité, au cours des deux dernières années, sur le recrutement de jeunes pour le compte de Daech, en maintenant des relations directes étroites avec ses cibles et en évitant d’utiliser les réseaux sociaux pour ne pas être repéré.


La femme appréhendée à Alicante, qui collaborait avec l’organisation terroriste Daech, a tenté de se déplacer avec ses quatre enfants mineurs à la zone de conflit syro-irakienne pour rejoindre les rangs de cette organisation terroriste, fait savoir encore le département espagnol de l’Intérieur.


Elle exécutait « d’importantes tâches de propagande à travers les réseaux sociaux où elle faisait usage d’emblèmes jihadistes agressifs et publiait des vidéos à caractère extrêmement violent qu’elle produisait elle même », ajoute la même source, faisant savoir que le mari de la mise en cause a trouvé la mort dans la zone de conflit syro-irakienne.


Un total de 190 terroristes présumés ont été arrêtés par les services de sécurité espagnols depuis l’activation en 2015 du niveau 4 de l’alerte antiterroriste.

Par @MarocAmar
Le Desk Newsroom