Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

MaghrebUne unité de montage automobile fictive crée la polémique en Algérie

24.03.2017 à 14 H 19 • Mis à jour le 24.03.2017 à 14 H 19
Par
Une usine d’assemblage automobile inaugurée il y a neuf mois à Tiaret en Algérie et censée monter des véhicules de la marque coréenne Hyundai importe en réalité ses voitures par containers… prêtes à rouler ou… presque : seules les roues sont détachées de l’habitacle

Tahkout Manufacturing Company (TMC), propriétaire de l’usine d’assemblage des véhicules Hyundai en Algérie, subit le feu roulant des critiques. Des photos ont en effet circulé sur les réseaux sociaux montrant des véhicules Hyundai neufs et emballés, importés dans des containers, où seules les roues étaient démontées, « mettant en cause la pertinence de l’usine d’assemblage Tahkout », écrit TSA, quand Algérie-Focus dénonce tout simplement une vaste « supercherie ».


Selon les photos diffusées sur les réseaux sociaux, l'usine importe en réalité des véhicules neufs déjà assemblés. FACEBOOK/ TSA

 

« Les informations et photos qui nous sont parvenues montrent des conteneurs de divers véhicules Hyundai importés en l’état et entièrement assemblés ! D’autres conteneurs importés ramènent jusqu’à l’usine de Tiaret les roues. Ainsi, selon ces informations, il n’y a aucun montage ou assemblage dans cette usine du groupe Tahkout. La supercherie compromet sérieusement la crédibilité de la soi-disant industrie automobile que veut développer l’Etat algérien », précise Algérie-Focus, évoquant une « arnaque de ce groupe privé dirigé par l’influent et richissime Tahkout Mahieddine, un oligarque très proche du ministre de l’Industrie, Abdesslam Bouchouareb ».


Des liens avec le pouvoir algérien

« Il est également l’un des financiers du RND d’Ahmed Ouyahia et l’un des bailleurs de fonds de la Coordination des associations de soutien au programme du président Bouteflika. Ce qui explique, selon plusieurs sources fiables, les facilités étranges dont il bénéficie pour lancer rapidement ses projets qui n’ont, visiblement, d’industriels que le… nom », soutient Algérie-Focus.


« TMC a commencé par l’assemblage des véhicules comme l’ont fait précédemment deux autres constructeurs de renommée mondiale en Algérie en appliquant le principe du SKD qui demeure le plus simple et le plus adapté à notre pays, dans le sens où il applique une formule d’assemblage de kits assez simple », explique TMC dans un communiqué publié le 23 mars, qui rappelle également que l’usine « de montage a été réalisée en un temps record qui ne dépasse pas les 9 mois ».

 

Pourtant l’entreprise devait se soumettre à un cahier de charges draconien en échange des exonérations fiscales. « Il est exigé aux propriétaires de ces usines un taux d’intégration d’au moins 15 % au terme de la 3e année, et un taux à 40 % au bout de la 5e année de production. Une condition que le groupe Tahkout ne semble nullement satisfaire à travers ces tricheries scandaleuses », conclut Algérie-Focus.

Par
Le Desk Newsroom