Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

TensionsQuatorze jeunes arrêtés pour leur implication dans des troubles à Al Hoceima

27.03.2017 à 23 H 41 • Mis à jour le 27.03.2017 à 23 H 41
Par et
Au moins deux bus et plusieurs voitures des forces de l’ordre ont été incendiés lors d'affrontements qui ont éclaté dimanche 26 mars, dans l’après midi, entre des élèves et la police entre Imzouren et Beni Bouayach, dans la province d’Al-Hoceima

Au moins quatorze personnes ont été arrêtées au cours des dernières heures pour leur implication présumée dans des affrontements à Al Hoceima, selon des informations rapportées par l’agence EFE, citant des sources auprès de la Cour d’appel locale.


« Un groupe d’individus, de retour dimanche soir d’une manifestation à la commune d’Ait Youssef Ou Ali, ont attaqué aux pierres une résidence réservée aux éléments de la Sûreté nationale à Imzouren et mis le feu à ses abords », avaient indiqué plus tôt les autorités locales de la province d’Al Hoceima via une dépêche MAP.



Quatre voitures et un bus des forces publiques ainsi qu’une voiture privée ont été brulés, ajoutait la même source, précisant que ces actes ont causé également des dégâts matériels dans la résidence précitée et dans un camion-citerne de la Protection civile.



Des sources médicales à Al Hoceima ont déclaré à EFE que des dizaines d’agents de sécurité ont été blessés au cours des troubles dont trois d’entre eux ont été victimes de diverses fractures. L’information qui n’a pas été confirmée par des sources officielles.


Selon plusieurs témoignages rapportés par la presse locale, les troubles ont éclaté en réaction à l’intervention de la police anti-émeute pour empêcher une marche de centaines d’étudiants des localités environnantes sur Al Hoceima.



« Les étudiants ont cherché à commémorer les manifestations de mars 1965 qui avaient été réprimées dans le sang obligeant le régime de Hassan II a décréter l’état d’urgence », rapportent plusieurs sources concordantes.


La ville d’Al Hoceima a été ces derniers mois le théâtre de manifestations massives « pour protester contre la marginalisation de la région par le gouvernement ».

Par et
Le Desk Newsroom