Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Islam de FranceLe Conseil français du culte musulman adopte «une charte de l’imam»

29.03.2017 à 18 H 45 • Mis à jour le 29.03.2017 à 19 H 16
Par et
A moins d'un mois de la présidentielle, dans un pays marqué par les attentats jihadistes, la mise en oeuvre de cette charte préparée de longue date "confirme l'attachement des imams de France à l'islam du juste milieu et au pacte républicain", écrit le CFCM, qui regroupe les principales fédérations de mosquées

Le bureau du Conseil français du culte musulman (CFCM) a adopté mercredi 29 mars « une charte de l’imam » pour aider les mosquées à mieux lutter contre les discours radicaux, a annoncé mercredi l’instance représentative de l’islam en France qui regroupe les principales fédérations de mosquées.


À moins d’un mois de la présidentielle, dans un pays marqué par les attentats djihadistes, la mise en œuvre de cette charte préparée de longue date « confirme l’attachement des imams de France à l’islam du juste milieu et au pacte républicain », écrit le CFCM, qui regroupe les principales fédérations de mosquées.


Lire aussi : En France, quel islam pour quels musulmans ? s’interroge l’Institut Montaigne


Les mosquées seront invitées « à faire de la signature » de cette charte « un élément essentiel à prendre en compte lors du recrutement d’un imam », ajoute le Conseil. Le CFCM avait exprimé dès l’automne 2015, peu après les attentats du 13 novembre, son intention de proposer une « charte de l’imam ».


1 800 imams en France et 2 500 mosquées et salles de prière

Au-delà des « prêcheurs de haine » directement visés, le gouvernement poussait le CFCM à réagir face à la montée des discours fondamentalistes. Mais le projet n’avait pas vraiment pris forme depuis, signe de la difficulté à faire avancer le chantier d’un « Islam de France » pour des responsables musulmans souvent divisés, en mal d’image et de représentativité.


La Grande Mosquée de Paris. AFP


La mise en place dans la douleur d’un « conseil religieux » du CFCM, qui a examiné le projet de charte, a constitué un préalable indispensable. La France compte environ 1 800 imams –  pour partie à temps partiel non rémunéré, certains itinérants –  chargés de conduire la prière dans environ 2 500 mosquées et salles de prière, selon les estimations.


Trois cents sont « détachés » par l’Algérie, le Maroc et la Turquie –  les principaux pays d’origine des 4 à 5 millions de musulmans en France –  dans le cadre d’accords entre Paris et ces pays.



Un « moment historique dans la construction du culte musulman en France », s’enthousiasme la presse hexagonale à l’instar du Point qui publie le texte intégral d’une « proclamation de l’islam en France » (Et non plus de France), élaboré en 25 points par l’Institut musulman de la Grande Mosquée de Paris, et signée par son recteur Dalil Boubakeur pour « accompagner les Français de confession musulmane sur leur chemin spirituel ». Un « document fondateur » qui définit et décrit l’islam tel qu’il est pratiqué par la « majorité des musulmans » dans l’Hexagone et doit être pratiqué par tous « au regard des réalités d’aujourd’hui ».


Lire aussi : Rachid Benzine sollicité pour la création de départements d’islamologie dans les universités françaises 


Le but de la proclamation est de gommer « une vision cataclysmique de l’islam » dans le monde, mais également de « clarifier des zones d’ombre » et d’ « éviter tout amalgame ou toute fausse interprétation du culte, mais aussi toute stigmatisation des musulmans de France », explique la Grande Mosquée de Paris dans un communiqué.

Par et
Le Desk Newsroom