Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Balise des MarchésAprès un cru d’exception en 2016, la Bourse de Casablanca en net repli

14.04.2017 à 11 H 47 • Mis à jour le 14.04.2017 à 11 H 47
Par et
Après un exercice 2016 exceptionnel, où le marché action marocain signe sa meilleure croissance depuis 9 ans, et un début d’année, particulièrement, euphorique, la place boursière casablancaise ne parvient, manifestement, pas à maintenir le cap et termine le premier trimestre 2017 en net recul

Drainé à près de 94 % sur le marché central, le flux transactionnel trimestriel transigé sur le marché Actions casablancais ressort en fort enrichissement de +7,84 milliards de dirhams (MMDH) à 13,38 MMDH, selon les analystes de Crédit du Maroc Capital (CDMC).


Par compartiment, les échanges sur le marché officiel s’établissent à près de 12,53 MMDH, en nette augmentation de +7,24 MMDH par rapport au 1er trimestre 2016, souligne la société de bourse dans son Bilan Trimestriel marché Actions –  T1 2017, notant que près de 40 % des transactions ont été concentrés par quatre valeurs. Il s’agit, en l’occurrence, d’Attijariwafa bank, Addoha, Itissalat Al-Maghrib (IAM) et Banque Centrale Populaire (BCP), qui enregistrent des volumes respectifs de 1,35 MMDH, 1,21MMDH, 1,20 MMDH 1,19 MMDH.


La morosité due à la contreperformance des secteurs phares

Les analystes financiers ont noté, dans ce cadre, que la morosité de la place casablancaise durant le 1er trimestre trouve son origine dans les évolutions contrastées des secteurs phares de la cote, à savoir : “Banques” , “Télécommunications” , “Bâtiments &amp  Matériaux de Construction”  et “Agroalimentaire/production” .


Ces secteurs canalisent, conjointement, 72,8 % de la capitalisation flottante totale, avec des poids respectifs de 33,44 %, 18,47 %, 15,51 % et 5,37 %, ajoute la même source, mettant en avant la distinction particulière de la branche “Agroalimentaire/production” , qui affiche un rebond de 6,26 % à fin mars 2017. Au niveau du marché de gré à gré, le volume d’affaires se hisse à 853,1 millions de dirhams (MDH), à fin mars dernier, en fort rebond de 606,2 MDH par rapport à une année plus tôt, poursuit CDMC dans sa publication trimestrielle, dont copie est parvenue à la MAP.


Dans ce sens, 1 156 144 actions BMCE Bank ont changé de main au cours unitaire moyen de 212 dirhams, au moment où 33 400 titres LafargeHolcim Maroc ont été cédés au prix unitaire de 4 908,8 dirhams. Par ailleurs, 89 000 actions CMT ont été négociées pour un coût moyen pondéré (CMP) de 1 350 dirhams, relève en outre la société de bourse, soulignant que ces trois valeurs ont concentré, à elles seules, 62 % des transactions négociées sur ce compartiment.


Après un exercice 2016 exceptionnel, où le marché action marocain signe sa meilleure croissance depuis 9 ans, et un début d’année, particulièrement, euphorique, la place boursière casablancaise ne parvient, manifestement, pas à maintenir le cap et termine le premier trimestre 2017 en net recul.


Dans ces conditions, le Masi, indice global composé de toutes les valeurs de type action, cède 2,27 % à 11 379,71 points, et le Madex, indice compact composé des valeurs cotées au continu, abandonne 2,96 % à 9 264,29 points. Pour sa part, la capitalisation globale du marché s’établit à 574,53 MMDH, en dépréciation de 8,85 MMDH par rapport à fin 2016, soit un repli trimestriel de 1,52 %, tandis que le Volume Quotidien Moyen (VQM) s’élève à 209,10 MDH, contre 87,87 MDH au T1 2016.

Par et
Le Desk Newsroom