Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

PolitiqueLes factions rivales de l’Istiqlal enterrent la hache de guerre…sans Chabat

14.04.2017 à 13 H 10 • Mis à jour le 14.04.2017 à 13 H 12
Par
Le secrétaire général et son rival Hamdi Ould Rchid ont convenu de mettre fin aux hostilités et d’ouvrir la voie à une nouvelle recomposition du comité préparatoire du congrès national de l'Istiqlal. Désormais, les candidatures, celle du challenger Nizar Baraka en particulier, sont ouvertes pour briguer le poste du chef de clan. Mais l’accord inattendu a été scellé sans la présence de Hamid Chabat…

Nouveau revirement au sein du parti de la balance. Un accord, cette fois écrit et paraphé noir su blanc a scellé la réconciliation des frères ennemis de l’Istiqlal. Jeudi 13 avril au soir, le domicile de Bouameur Taghouane a servi de terrain neutre pour rapprocher les deux factions rivales. Selon un document révélé sur le site officiel du parti.



Deux « conciliateurs » (Abdelouahed El Fassi et Mohamed Soussi) ont tenu le stylo de Hamdi Ould Rchid, le réformateur en chef sudiste qui tient sous sa férule le Comité exécutif et Abdelkader El Kihel, lieutenant de Hamid Chabat.


Première décision  : la double convocation du Conseil national fixée au samedi 15 avril est effacée de l’agenda.


Deuxième décision  : le clan des refuzniks tiendra la barre du parti jusqu’à l’organisation du Congrès. Un Congrès extraordinaire est fixé au 29 avril avec pour ordre du jour un amendement des statuts donnant ainsi plus de flexibilité à la composition du comité préparatoire (art.91). Candidatures (dont celle de Nizar Baraka au SG (art.54), quotas régionaux etc… seront redéfinis selon les desideratas de Abdessamad Qayouh et Hamdi Ould Rchid.


Troisième décision  : Karim Ghellab et Yasmina Baddou retournent au bercail du Comité exécutif, mais pas avant de faire amende honorable de leurs propos contre le secrétaire général. Hamid Chabat et Hamdi Ould Rchid devront alors usé de leurs influences pour faire déchoir ceux qui ont depuis occupé leurs places.


Une absence de Chabat diversement interprétée

L’accord a été immortalisé par une photo-op dans les salons du domicile de Taghouane et la diffusion à la presse du fac-similé du document de trois pages signé par les parties présentes.


Reste un point de taille : l’absence de Hamid Chabat au conclave. Si certains au sein de l’Istiqlal rassurent en affirmant qu’il s’agissait de laisser du champ « aux bonnes volontés », d’autres, moins optimistes sur ce contrat qualifié « d’incertain et fragile », évoquent quant à eux une nouvelle manœuvre du secrétaire général qui chercherait à gagner du temps pour « replâtrer ses soutiens ».

Par
Le Desk Newsroom