Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

RapportCour des comptes: la retraite à 63 ans insuffisante pour rééquilibrer la CMR

08.11.2017 à 18 H 11 • Mis à jour le 08.11.2017 à 18 H 11
Par
Dans ses recommandations, la Cour des comptes a invité la CMR à engager « une réforme profonde » pour pouvoir assurer la viabilité du régime des pensions civiles, à travers notamment la création d’un pôle public

L’augmentation de l’âge de la retraite à 63 ans constitue une « avancée notable », mais « ne pourra pas résoudre les déséquilibres profonds du régime » des pensions civiles sur le long terme, relève la Cour des comptes dans son rapport sur la Caisse marocaine des retraites (CMR).


Les magistrats de la Cour des comptes jugent cette réforme insuffisante en raison de l’amélioration continue de l’espérance de vie de la population à l’âge de la retraite, la « relative stagnation » du nombre d’affiliés et l’”explosion”  du nombre de retraités.


Le rapport, rendu public mardi, fait remarquer que l’âge légal du départ à la retraite dans de nombreux pays de la région méditerranéenne est de 65 ans et « a même franchi le cap des 67 ans », ajoutant que les réformes des régimes de retraite dans certains pays ont permis à ceux qui le souhaitent de travailler au-delà de cet âge pour bénéficier d’une retraite pleine.


Plus de retraités, moins d’affiliés

La réforme des retraites mise en œuvre par le Maroc en 2016 aurait pu accorder la possibilité aux personnes qui le souhaiteraient de prolonger davantage leur vie active dans la perspective de pouvoir améliorer leurs pensions, comme c’est le cas de nombreux pays qui ont fixé un âge minimum de départ à la retraite couplé à un nombre minimum d’années de cotisations, soulignent les auteurs du rapport, précisant qu’il est également « important » que l’augmentation de l’âge de l’activité ne se limite pas au régime des pensions civiles, mais qu’elle puisse également concerner d’autres régimes de retraite, principalement le RCAR, dans la perspective de leur rapprochement et de la convergence de leurs paramètres sur le moyen terme.


La Cour des comptes a relevé que le nombre de retraités augmente plus vite que celui des affiliés, en ce sens que le rapport démographique est passé de 12 actifs pour un retraité en 1986, à 6 en 2000 et à 2,23 en 2016 et devrait atteindre 1,74 en 2024.


L’effectif des affiliés au régime a, de son côté, baissé entre 2014 et 2016 de 672 036 personnes à 649 023, soit une baisse de 1,73 %.


Dans ses recommandations, la Cour des comptes a invité la CMR à engager « une réforme profonde » pour pouvoir assurer la viabilité du régime des pensions civiles, à travers notamment la création d’un pôle public, de manière à asseoir une convergence vers un régime public viable et pérenne et à unifier les règles de liquidation des pensions dans l’ensemble du secteur public.

Par
Le Desk Newsroom