Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

FootballLe Maroc se qualifie pour le Mondial 2018

11.11.2017 à 20 H 05 • Mis à jour le 12.11.2017 à 13 H 44
Par La rédaction
En battant 2-0 les Ivoiriens, samedi à Abidjan, le Maroc retrouve le championnat du monde après vingt ans d’absence. La sélection marocaine de football a validé son billet pour la phase finale de la Coupe du Monde Russie-2018, en battant son homologue ivoirienne dans son arène. La Côte d’Ivoire en sera absente pour la première fois depuis 2002

Il ne devait en rester qu’un. Et c’est le Maroc qui a pris le dessus sur la Côte d’Ivoire, ce samedi 11 novembre 2017 au stade Houphouët-Boigny d’Abidjan. En l’emportant 2 à 0, Les Lions de l’Atlas se sont qualifiés pour le Mondial 2018 en Russie. Emmenée par le sélectionneur Hervé Renard, l’équipe marocaine va pouvoir jouer à sa première Coupe du monde depuis 1998. Ses joueurs ont mordu dans tous les ballons, étouffant des Éléphants paralysés, en dépit du soutien des supporteurs ivoiriens.


Entraînés par le Français Hervé Renard, les « Lions de l’Atlas » se sont imposés sur des buts de Nabil Dirar (25è) qui a ouvert le score avant que Mehdi Benatia ne double la mise quelques minutes plus tard. Il s’agit de la cinquième qualification des Lions de l’Atlas en phase finale, après les éditions (1970, 1986, 1994 et 1998).



Entre le premier « but casquette », selon les mots de l’entraîneur ivoirien, le Belge Marc Wilmots, et la reprise de corner, cinq minutes plus tard, de leur capitaine, les Marocains ont maîtrisé le jeu. Le stade a semblé frappé de stupeur. Les Ivoiriens accusaient le coup et tentaient de réagir, mais de façon désordonnée.



Les longs ballons balancés étaient maîtrisés par la défense marocaine bien regroupée autour de Benatia. L’entrée sur le terrain des Ivoiriens Cornet, puis Salomon Kalou n’y a rien changé.



Projectiles lancés sur le terrain

Furieux, les supporteurs ivoiriens ont lancé de nombreux projectiles sur le terrain pendant le match et ont majoritairement quitté le stade avant la 80e minute. Ils ont, entre autres, réclamé la démission du président de la fédération.


Pas de cela côté marocain, où le sélectioneur Hervé Renard voulait lui « savourer » la qualification. « Les joueurs ont réussi un match exceptionnel. Ils ont été présents du début jusqu’à la fin dans les duels et ce n’est pas rien quand vous voyez la liste des joueurs ivoiriens. La solidarité a fait la différence », a-t-il déclaré avant de rappeler qu’il y « a deux ans jour pour jour je me faisais virer de Lille ».



Une victoire qui donné lieu à des scènes de liesse au Maroc. A Casablanca, des milliers de supporteurs ont investi les principales artères de la ville pour faire la fête tandis que des files de voitures ont convergé vers la Corniche, haut-lieu de la vie nocturne là-bas.



“Dima Maghrib !(le Maroc pour toujours)” , s’époumonait un groupe de jeunes, drapés de rouge et vert, couleurs du drapeau marocain. “ On est tellement habitués des déceptions et des douches froides avec les Lions de l’Atlas que je n’y croyais pas avant le match” , soufflait Youssef, un banquier de 38 ans. “Mais là, il faut dire que Hervé Renard a trouvé la bonne formule, ça promet pour la Coupe du monde, en espérant passer le premier tour comme en 1986” .


26 qualifiés, 6 places à prendre

Vingt-six nations sont d’ores et déjà assurées de disputer le Mondial 2018 en Russie, du 14 juin au 15 juillet. En plus du pays hôte, qualifié d’office, on compte : 5 pays en Afrique (Nigeria, Egypte, Sénégal, Maroc, Tunisie), 7 en Amérique (Brésil, Uruguay, Argentine, Colombie, Mexique, Costa Rica, Panama), 4 en Asie (Iran, Japon, Corée du Sud, Arabie Saoudite) et 9 en Europe (Allemagne, Angleterre, Belgique, Espagne, Pologne, Islande, Serbie, France, Portugal).



Il reste donc 6 places à prendre : 4 à l’issue des barrages européens (Croatie-Grèce, Irlande du Nord-Suisse, Suède-Italie, Danemark-République d’Irlande) et 2 à l’issue des barrages intercontinentaux : Pérou –  Nouvelle-Zélande et Australie-Honduras.


Après avoir battu la Côte d’Ivoire par 2 buts sans en encaisser le moindre, l’équipe nationale marocaine de football a inscrit son nom en lettre d’or dans les annales des éliminatoires du Mondial-2018 en Russie.


Zéro but encaissé, une attaque exemplaire

Invaincus lors de ces six rencontres comptant pour ces éliminatoires, les Lions de l’Atlas ne pouvaient pas rêver d’une meilleure attaque (11 buts marqués), mais surtout puissent se réjouir d’être la meilleure défense de toutes les zones, avec zéro but encaissé.



Le nombre de matchs n’est, certes, pas le même dans les zones mais détenir ce record reste, à bien des égards, un atout pour les Lions de l’Atlas et pour le portier Mounir Mohamedi, sociétaire de Numancia.


En Europe, l’Allemagne, l’Angleterre et l’Espagne demeurent les équipes qui ont encaissé le moindre de buts. En Asie, c’est l’Iran qui détient la meilleure défense des qualifications, alors qu’en Amérique du sud et du nord, les Brésiliens et les Mexicains sont les mieux classés.


Ambiance de fête partout dans le royaume

Dès la fin de la rencontre, disputée au stade Félix-Houphouët-Boigny, dans la capitale ivoirienne, c’est tout le royaume qui a laissé éclater sa joie à coups d’interminables klaxons, de chants, de hurlements et de youyous. A Casablanca, des milliers de supporters ont investi les principales artères de la ville pour fêter cette qualification.


« Dima Maghrib ! (le Maroc pour toujours) », s’époumonait un groupe de jeunes, drapés de rouge et vert, couleurs du drapeau marocain. « On est tellement habitués des déceptions et des douches froides avec les Lions de l’Atlas que je n’y croyais pas avant le match », soufflait Youssef, un banquier de 38 ans. « C’est sûr qu’on ne va pas remporter la Coupe du monde, mais jouer quelques matches c’est déjà pas mal », souriait Imane, une étudiante en médecine qui a regardé le match dans un café branché de Casablanca.


Sur les réseaux sociaux, l’ambiance était également à la fête et les internautes marocains étaient nombreux à assurer qu’il feront le voyage en Russie pour soutenir leur équipe. « Bravo les Lions, vive le Maroc ! », a tweeté dans la foulée l’humoriste franco-marocain Gad Elmaleh, supporteur déclaré de l’équipe marocaine.


Félicitations royales

Mohammed VI a adressé, samedi, un message de félicitations aux membres de la sélection nationale marocaine de football suite à la qualification au Mondial 2018.



Dans ce message, le souverain a affirmé avoir suivi avec joie et fierté la qualification de la sélection nationale marocaine de football à la phase finale de la Coupe du Monde 2018 qu’abritera la Fédération de Russie, enregistrant ainsi une nouvelle page dans le registre des gloires du football national.


«  Suite à cet exploit sportif extraordinaire qui a empli de joie l’ensemble des Marocains, le souverain exprime ses félicitations les plus chaleureuses et sa considération à toutes les composantes de la sélection nationale, joueurs, entraîneur, staff technique et médical, dirigeants et cadres de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF), pour les efforts qu’ils ont déployés tout au long des éliminatoires qualificatives », rapporte l’agence officielle MAP.


Des centaines de supporters du Maroc étaient de sortie samedi soir dans les rues de la capitale française. Notamment sur les Champs-Elysées. Des échauffourées ont éclaté à Bruxelles



Des échauffourées à Bruxelles

Un rassemblement de supporters a donné lieu à des échauffourées dans le centre de Bruxelles, a annoncé la police à l’agence de presse Belga.La police antiémeute a recouru au canon à eau pour contrôler une foule d’environ 300 personnes. Au moins une voiture a été incendiée, selon la police.






Par La rédaction
Le Desk Newsroom