Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Arabie saouditeLe prince Al Walid bin Talal libéré de sa prison dorée

27.01.2018 à 15 H 31 • Mis à jour le 27.01.2018 à 15 H 33
Par et
Le prince Al Walid était confiné au Ritz-Carlton depuis début novembre, avec des dizaines d'autres princes, hauts fonctionnaires et hommes d'affaires, dans le cadre d’une purge lancée par prince héritier Mohammed bin Salman destinée à consolider son pouvoir

Le prince saoudien milliardaire Al Walid bin Talal a été libéré samedi, selon des sources familiales, plus de deux mois après son arrestation dans le cadre de la vaste répression de la corruption dans le royaume. Sa libération intervient quelques heures après qu’il a déclaré à Reuters depuis l’opulent hôtel Ritz-Carlton de Riyad qu’il s’attendait à être libéré de tout acte répréhensible et à être libéré dans quelques jours. Un haut responsable saoudien a déclaré que la libération du prince Al Walid était survenue après un accord financier avec le procureur général.


Le prince Al Walid était confiné au Ritz-Carlton depuis début novembre, avec des dizaines d’autres princes, hauts fonctionnaires et hommes d’affaires, dans le cadre d’une purge lancée par prince héritier Mohammed bin Salman destinée à consolider son pouvoir.


Plus tôt cette semaine, le procureur général a déclaré que 90 détenus avaient été relâchés après que leurs accusations avaient été abandonnées, tandis que d’autres avaient échangé de l’argent, des biens immobiliers et d’autres biens pour leur liberté. Les autorités détenaient toujours 95 personnes, a-t-il dit. Certains devraient être jugés.


Vendredi, une source saoudienne officielle a déclaré que plusieurs hommes d’affaires éminents ont conclu des accords financiers avec les autorités, notamment Walid al-Ibrahim, propriétaire du réseau de télévision régional MBC, qui a été libéré. Les termes de son règlement n’ont pas été révélés.


Les autorités saoudiennes ont déclaré qu’elles s’attendaient à amasser quelque 100 milliards de dollars pour le gouvernement grâce à de tels arrangements- une manne énorme pour l’Etat, qui a vu ses finances pressées par les bas prix du pétrole.


Les allégations contre le prince Al Walid, qui est dans la soixantaine, comprenaient le blanchiment d’argent, la corruption et l’extorsion de fonctionnaires, a déclaré un responsable saoudien à Reuters en novembre.


Celui-ci a déclaré à Reuters qu’il continuait à maintenir son innocence de corruption dans les négociations avec les autorités. Il a dit qu’il s’attendait à garder le contrôle total de sa société d’investissement mondiale Kingdom Holding Co sans être obligé de céder des actifs au gouvernement.


Une source gouvernementale saoudienne a confirmé que le prince Al Walid resterait à la tête de Kingdom Holding.


La libération du prince Alwaleed, dont la fortune nette a été estimée par le magazine Forbes à 17 milliards de dollars, devrait rassurer les investisseurs dans son empire économique mondial ainsi que dans l’économie saoudienne en général.


Directement ou indirectement par le biais de Kingdom Holding, il détient des participations dans des sociétés telles que Twitter Inc et Citigroup Inc, et a investi dans des hôtels de premier plan, y compris le George V à Paris et le Plaza à New York.


Il a décrit son emprisonnement comme un malentendu et a déclaré qu’il soutenait les efforts de réforme du prince héritier. « Il n’y a pas de frais. Il y a juste quelques discussions entre moi et le gouvernement », a-t-il dit dans l’interview. « Je n’ai rien à cacher du tout. Je suis tellement à l’aise, je suis tellement détendu. Je me rase ici, comme à la maison. Mon coiffeur vient ici. Je suis comme à la maison, franchement parlant », a-t-il dit.

Par et
Le Desk Newsroom