Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

PolitiqueSahara: « union sacrée » à Laâyoune contre le Polisario

09.04.2018 à 14 H 23 • Mis à jour le 09.04.2018 à 14 H 26
Par
Leaders des partis politiques, parlementaires, élus, Chioukhs, notables et cadres sahraouis, se sont réunis ce lundi à Laâyoune dans le cadre « d'une rencontre nationale de mobilisation », pour « condamner et rejeter les manœuvres des adversaires » du Maroc, en particulier « les derniers agissements hostiles du Polisario ». Ils ont paraphés la « Déclaration de Laâyoune » pour signifier leur front uni…

Près de 160 journalistes marocains et étrangers ont été mobilisés pour l’occasion. Au Palais des Congrès de Laâyoune, chef-lieu du Sahara Occidental, où ils ont été confinés et « priés de ne pas en sortir », selon nos sources, ils ont couvert la grand-messe des partis politiques dont les chefs se sont succédés au pupitre pour approuver la « Déclaration de Laâyoune ».



La salle du Palais des Congrès à Laâyoune pavoisée de drapeaux marocains et de slogans appelant à l'unité nationale derrière le roi Mohammed VI. AIC PRESS



Publié dans son intégralité ce matin par de nombreux médias accrédités à l’événement devançant l’agence officielle MAP, le document a été distribué dans la salle en versions arabe, française, espagnole et anglaise, rapporte Telquel.ma.



On apprend de leurs comptes rendus que le bal des allocutions a été ouvert, après lecture de quelques versets coraniques, par Saâdeddine El Otmani, arrivé le matin même par vol spécial, non pas en sa qualité de chef de gouvernement, mais en tant que secrétaire général du PJD, parti menant la coalition gouvernementale.


Saâdeddine El otmani ouvrant le bal des allocutions. AIC PRESS


Son message est identique à celui martelé par son ministre aux Affaires étrangères, Nasser Bourita, et sans cesse répété depuis la réunion tenue au Parlement il y a une semaine et face à Antonio Guterres au siège des Nations Unies à New York : refus catégorique des agissements du Polisario, disposition ferme à répliquer par toutes les éventualités. En un mot, un discours de fermeté, réitéré devant les représentants de la classe politique nationale, les élus, notables et Chioukhs de la région.


Les chefs de file de la classe politique au premier rang des convives. AIC PRESS


Il a notamment été suivi à l’estrade par Ilyas El Omari, patron du PAM, Nizar Baraka pour l’Istiqlal, Nabil Benabdallah représentant le PPS, Driss Lachgar, l’USFP, ou encore Aziz Akhannouch, président du RNI…  Tous ont abondé dans le sens d’appeler « les Nations Unies à réagir », à pointer du doigt « l’Algérie qui alimente la crise », et d’affirmer aux « ennemis du Maroc », qu’un « front intérieur » est constitué « pour défendre les la cause sacrée de tous les Marocains ». « Des interventions (…) sorties du lot pour leur caractère plus vif, que l’on pourrait qualifier de martial », commente Medias24 qui a retransmis en direct l’événement.



Grande absente de ce rassemblement patriotique dans une salle archicomble arborant sur grand écran un portrait du roi Mohammed VI et une carte du Maroc écarlate frappée de l’étoile verte du drapeau national, Nabila Mounib, cheffe du PSU, qui s’est portée souffrante, selon Yabiladi.

Par
Le Desk Newsroom