Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

InternetTwitter rétablit Le Desk dans ses droits

19.07.2018 à 01 H 14 • Mis à jour le 19.07.2018 à 01 H 15
Par Ali Amar
Grâce à la formidable mobilisation de nos lecteurs, partenaires, confrères et amis, l’oiseau bleu a finalement levé la suspension de notre compte officiel. Cette mésaventure illustre un pan des difficiles rapports entre médias et réseaux sociaux et renseigne surtout sur les dérives et les enjeux complexes de la régulation d’Internet

La situation ubuesque aura duré une semaine. Le réseau social Twitter qui avait suspendu le compte officiel du Desk après une dénonciation calomnieuse d’un photographe plagiaire dont nous avions révélé le forfait il y a deux ans, a finalement fait machine arrière dans la soirée du 18 juillet.


Quelques heures plus tôt, nous faisions état de manière circonstanciée de l’affaire, un précédent dangereux dans la relation déjà difficile qu’entretiennent les réseaux sociaux et les médias. Nous affirmions aussi notre totale détermination à recouvrer nos droits par tous les moyens légaux possibles.


De très nombreux lecteurs, partenaires, confrères et amis du Desk se sont fortement mobilisés pour faire entendre notre voix. Nous leur exprimons toute notre gratitude.



Ces circonstances désagréables auront eu le mérite de rappeler les dérives dont peuvent être victimes les médias, mais aussi toute personne s’exprimant sur Internet, du fait d’automates censés justement réguler la prise de parole sur les réseaux sociaux.


Nous sommes conscients que Twitter, comme Facebook et d’autres plateformes d’échanges et de partage ont pris ce genre de mesures pour lutter contre notamment les faux comptes qui nuisent à leur réputation et à celle de leurs membres, mais il est évident aussi que ce système robotisé offre la possibilité à des imposteurs de s’ériger en censeurs en toute impunité.


Le débat mondial sur ces questions liées à l’éthique, à la responsabilité, aux droits de chacun et à liberté d’expression, est aussi vaste que complexe. Il dépasse bien entendu les désagréments subis ces derniers jours par notre publication.


Nous regrettons toutefois que Twitter, dont la capacité de discernement a été si facilement aveuglée dans notre cas, n’ait pas pris la peine en nous rendant justice de nous faire un message. Même automatique…

Par Ali Amar @MarocAmar
Le Desk Newsroom