Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

DiplomatiePedro Sanchez au Maroc pour parler migration, coopération et Mondial 2030

20.11.2018 à 01 H 02 • Mis à jour le 20.11.2018 à 01 H 03
Par Soufiane Sbiti
Le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a effectué son premier voyage officiel au Maroc lundi 19 novembre. Au menu des discussions avec le roi Mohammed VI et le chef du gouvernement Saadeddine El Otmani : la coopération économique entre les deux pays, le dossier migratoire, une éventuelle candidature commune pour le Mondial 2030 et la visite en 2019 du roi Felipe VI maintes fois reportée

Le Roi Mohammed VI, a reçu le 19 novembre au Palais Royal de Rabat, Pedro Sanchez, Président du Gouvernement Espagnol, qui effectue une visite au Maroc « dans le cadre du renforcement du partenariat stratégique entre les Royaumes du Maroc et d’Espagne », a rapporté le Cabinet royal dans un communiqué. Une audience à laquelle ont participé du côté espagnol, le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, l’ambassadeur d’Espagne à Rabat, Ricardo Diez-Hochleitner, et le secrétaire général des Affaires internationales à la Présidence du gouvernement, José Manuel Albares, et du côté marocain, le Conseiller du Roi, Fouad Ali El Himma, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale, Nasser Bourita, et l’ambassadeur du Maroc à Madrid, Karima Benyaich.


Le chef de l’Exécutif espagnol a attendu six mois cette rencontre avec le Roi « accélérée » après leur rencontre à Paris en marge des célébrations du centenaire de la célébration de l’Armistice de la Grande guerre, selon l’agence EFE. Il avait même annoncé à la presse qu’il avait sollicité une audience avec le souverain alors qu’il avait entamé sa visite dans le royaume.


« L’audience accordée au Chef de l’exécutif espagnol a été l’occasion de passer en revue les différents volets des relations bilatérales dans ses composantes politique, économique, sécuritaire et culturelle. Les questions régionales et internationales ont également été au menu de ces entretiens », est-il précisé.



Lors de cette audience, Mohammed VI et Pedro Sanchez « se sont accordés sur la nécessité d’impulser davantage les relations bilatérales en consolidant la concertation politique et en donnant plus de dynamisme au partenariat économique concret en potentialisant notamment le rôle du secteur privé ».


Il se sont « félicités du niveau de la coopération entre les deux pays face aux multiples défis ayant trait au développement, à la sécurité et la stabilité en Afrique, en Méditerranée et au Moyen Orient », rapporte la même source.


Au menu de cette rencontre selon diverses sources médiatiques et diplomatiques, outre la coopération économique entre Madrid et Rabat (l’Espagne est depuis 2014 le premier partenaire commercial du royaume devant la France) et le dossier épineux de l’immigration pour lequel les deux pays sont en première ligne. L’Espagne soutient dans ce sens l’aide réclamée par le Maroc à l’Union européenne pour une gestion commune des flux migratoires qui empruntent désormais le corridor d’Alboran depuis que la route libyenne.



Selon El Pais, le président Sanchez a proposé aux autorités marocaines de fixer comme objectif l’année prochaine le nombre d’immigrants clandestins en Espagne, afin d’envoyer « un message fort aux mafias ». « Si nous ne le faisons pas », a prévenu Sanchez, « nos enfants mourront dans le détroit », a-t-il prévenu. Jusqu’au 14 novembre, 55 949 immigrés , dont plus de 90 % sont originaires du Maroc, sont arrivés en Espagne, par terre et par mer , ce qui suppose une augmentation de 142 % par rapport à la même période de l’année écoulée.


Bien que Sanchez ait souligné sa « totale satisfaction » avec l’attitude de Rabat avant le retour des Marocains arrivés irrégulièrement en Espagne, il a demandé une augmentation du quota de rapatriés, après que Rabat l’ait réduit sans explications il y a plusieurs semaines de 25 à 10 par jour aux frontières de Ceuta et Melilla. Jusqu’à présent, le Maroc a accepté le rapatriement de 3 400 Marocains , contre plus de 6 000 arrivés en Espagne. L’année dernière, 4 450 ont été retournés. Les deux gouvernements ont convenu de « renforcer la politique de retour », sans toutefois fournir de chiffres concrets.


Des thèmes, parmi d’autres, abordés auparavant avec le chef du gouvernement, Saadeddine El Otmani.  « L’Espagne et le Maroc ne sont pas que des pays amis et voisins, mais surtout des partenaires stratégiques. Les deux gouvernements partagent la même vision sur les moyens de faire face aux défis communs », a souligné Sanchez lors d’un point de presse tenu suite à une rencontre avec le chef de gouvernement, Saadeddine El Otmani.


Le président du gouvernement espagnol a réaffirmé, dans ce cadre, l’engagement de Madrid à défendre les positions du Maroc au sein des fora internationaux, en particulier l’Union européenne. Par ailleurs, Sanchez a fait état de l’intérêt que porte son pays au lancement du projet de mise en place d’une troisième interconnexion électrique entre l’Espagne et le Maroc.


Il a salué, en outre, les efforts déployés par le Maroc pour promouvoir la culture marocaine en Espagne, par l’organisation d’activités culturelles dans différentes villes espagnoles, rappelant que l’Espagne sera l’invité d’honneur de la prochaine édition du Salon International de l’Edition et du Livre de Casablanca.


Pour sa part, El Otmani s’est félicité de la convergence de vues entre le Maroc et l’Espagne au sujet des questions régionales et internationales, notamment celles se rapportant à la stabilité, la paix et la sécurité. Il a mis en avant les excellentes relations unissant les deux Royaumes sur les plans politique, économique et culturel, faisant savoir que les entretiens qu’il a eus avec son homologue espagnol ont été l’occasion de prendre des initiatives et décisions à même de renforcer davantage les relations bilatérales.


Ainsi, sur le plan économique, un forum maroco-espagnol des hommes d’affaires se tiendra en marge de la réunion de haut niveau durant le premier semestre 2019, a annoncé El Otmani, plaidant pour un renforcement de la coopération maroco-espagnole en Afrique conformément à la stratégie africaine du Roi Mohammed VI.


Au niveau culturel, El Otmani a exprimé ses remerciements au chef du gouvernement espagnol pour l’intention de son pays d’augmenter les subventions dédiées aux étudiants marocains en Espagne. En outre, El Otmani a mis en exergue le soutien constant de l’Espagne au Maroc dans les différentes instances relevant de l’Union européenne, citant, à cet égard, l’appui de Madrid aux accords de pêche et agricole entre Rabat et l’UE.



Autre sujets qui ont retenu l’attention : une « prochaine visite » au Maroc du roi Felipe en 2019, maintes fois reportée ces derniers mois, et l’éventualité d’une candidature conjointe du Maroc, de l’Espagne et du Portugal à l’organisation du Mondial 2030 dont Sanchez a réitéré l’intérêt et la singularité lors de sa conférence de presse et que le roi a reçu avec intérêt.

Par Soufiane Sbiti @sbiti_
Le Desk Newsroom