Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

UMALe Maroc prêt à accueillir un sommet des chefs d’Etat maghrébins en 2019

09.12.2018 à 16 H 46 • Mis à jour le 09.12.2018 à 16 H 50
Par Kenza Filali
Selon le Secrétaire général de l'UMA, les ministres des Affaires étrangères de la Tunisie, de l’Algérie, de la Libye et de la Mauritanie ont déjà accepté son invitation à une réunion à Tunis pour préparer le 7ème sommet des chefs d'Etat, que le Maroc se dit par ailleurs prêt à accueillir en 2019

Selon le média tunisien La Presse, une correspondance a été adressée aux ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA) pour les convier à une réunion restreinte à Tunis, en préparation du 7e sommet des chefs d’Etat de l’UMA prévu au Maroc en 2019, a indiqué, hier, Taïeb Baccouche, secrétaire général de l’UMA, lors d’une table ronde organisée par l’Union syndicale des travailleurs du Maghreb arabe.


Lors de cette table ronde qui s’est tenue sous le slogan « Capables de construire un grand Maghreb arabe », Baccouche a déclaré que l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie ont accepté cette invitation, précisant que chacun de ces pays ont exprimé le souhait d’accueillir le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UMA.


Rabat disposé à recevoir les chefs d’Etat de l’UMA

Selon Baccouche, le ministre des Affaires étrangères marocain a, de son côté, affirmé la disposition de son pays à accueillir les travaux du 7ème Sommet de l’Union du Maghreb arabe à l’occasion du 30e anniversaire de sa création.


Il a ajouté que les efforts du secrétariat général de l’UMA pour la tenue du 7ème sommet des chefs d’Etat des pays du Maghreb arabe, reporté depuis 2007 et qui était prévu en Libye, vont dans le sens de l’appel lancé récemment par le roi Mohammed VI à l’Algérie pour la création d’une commission mixte dédiée à l’examen des questions litigieuses en suspens, dont notamment celles relatives aux frontières fermées entre les deux pays.


Le Maroc « a pris note de la lettre du secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe, en date du 23 novembre, informant des demandes tunisienne et algérienne appelant à la tenue d’une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UMA », ajoutant que cette demande « n’a aucun rapport avec l’initiative royale ». « Celle-ci est purement bilatérale, alors que la démarche algérienne s’inscrit dans le cadre de la relance de la construction régionale », avait précisé Nasser Bourita à l’issue d’un entretien avec l’ambassadeur algérien à Rabat le 26 novembre.


« Le Maroc n’a pas d’objection de principe quant à la tenue d’une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UMA. Le Royaume a, d’ailleurs, réagi de manière constructive à la proposition formulée par la Tunisie pour tenir une retraite des cinq ministres maghrébins des Affaires étrangères. Néanmoins, le Maroc ne peut que douter que cette 35ème réunion ministérielle puisse parvenir à des résultats tangibles, différents des 34 précédentes, en l’absence d’une bonne préparation et d’un dialogue direct responsable entre deux Etats membres de l’UMA », avait expliqué un communiqué des Affaires étrangères diffusé à cette occasion.


Alger avait précédemment réagi en deux temps à l’initiative royale. D’abord par la voix d’une source officielle, ayant requis l’anonymat qui a déclaré par le truchement de la presse que la main tendue par Mohammed VI était un « non événement », puis en second lieu en saisissant le secrétaire général de l’UMA pour requérir la convocation d’une réunion du Conseil des ministres des affaires étrangères des 5 pays de l’Union.

Par Kenza Filali
Le Desk Newsroom