Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Nations UniesSahara: le Conseil de sécurité se réunira le 29 janvier

02.01.2019 à 21 H 00 • Mis à jour le 02.01.2019 à 21 H 03
Par Kenza Filali
Les consultations auront pour objectif essentiel d'informer les membres du Conseil des discussions de la table ronde de Genève et des prochaines étapes prévues par Horst Köhler, notamment pour une deuxième rencontre en vue de la reprise des négociations et d'un processus politique

Selon le programme prévisionnel mensuel du Conseil de sécurité, ses membres devraient tenir des consultations sur le Sahara occidental le 29 janvier conformément à la résolution 2440, dans laquelle il était demandé au Secrétaire général d’informer régulièrement le Conseil à tout moment qu’il jugerait approprié, y compris dans les trois mois suivant le renouvellement de la Minurso et à nouveau avant l’expiration de son mandat le 31 mars 2019.


L’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, Horst Köhler, devrait à cette occasion y faire un exposé sur les derniers développements du dossier, tout comme le Département des opérations de maintien de la paix (DPKO).



Les consultations à venir ont pour objectif essentiel d’informer les membres du Conseil des discussions de la table ronde de Genève et des prochaines étapes prévues par l’Envoyé personnel, notamment pour une deuxième table ronde, en vue de la reprise des négociations et d’un processus politique.


Un problème clé qui a bloqué le processus politique au cours des dix dernières années est que les propositions respectives des parties sur la base d’une solution politique, telle que décrite en 2007, s’excluent mutuellement. La position du Polisario a été que le statut final du territoire ne peut être décidé que par un référendum faisant de l’indépendance l’option, tandis que le Maroc a proposé que le Sahara occidental soit une région autonome sous sa souveraineté.


Un format qui évacue le différend sur l’Algérie

Une autre question qui a été abordée lors des négociations sur la résolution 2440 est le rôle de l’Algérie et sa participation à un processus politique. Le Maroc a insisté pour que l’Algérie participe au processus politique à venir en tant que partie au conflit. Pour sa part, l’Algérie a insisté sur le fait qu’elle ne participait pas au conflit et qu’elle ne pouvait se substituer au Polisario dans les négociations, mais était disposée à renforcer son rôle dans le processus politique en tant qu’État voisin. Jusqu’ici, opter pour le format des tables rondes semble avoir été un moyen d’éviter de faire cette distinction et de déterminer la manière dont l’Algérie participera aux futures négociations.


Les difficultés rencontrées par les opérations de la Minurso et les mesures prises pour les résoudre constituent un autre problème. Les parties ont eu des interprétations très divergentes sur son mandat.


Le Security Council Report estime que le Conseil devrait publier une déclaration dans laquelle il se félicite de la première table ronde organisée à Genève, exprimant son soutien à l’envoyé personnel du Secrétaire général, reconnaissant l’élan généré par la reprise des contacts directs entre les parties et encourageant le Maroc, le Polisario, l’Algérie et la Mauritanie à s’engager de manière constructive lors de la prochaine table ronde.

Par Kenza Filali
Le Desk Newsroom