Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

AlgérieL’humour caustique, l’autre « arme » des Algériens contre Bouteflika

08.03.2019 à 12 H 46 • Mis à jour le 08.03.2019 à 12 H 46
Par Fayçal Métaoui
En Algérie, le mouvement contre le 5e mandat du président Bouteflika ne s’exprime pas uniquement par des slogans conventionnels. L’humour y prend une bonne place sur les pancartes brandies dans la rue et relayées sur les réseaux sociaux. Un humour vif, tranchant et caustique...

La présence du président Bouteflika aux HUG (Hôpitaux universitaires de Genève), en Suisse, donne lieu à un véritable festival de blagues. Il a suffi que les numéros de téléphone et l’émail de l’établissement suisse soient partagés sur Facebook pour que le standard et le courriel des HUG soient submergés d’appels.


L’un des correspondants annonce à la standardiste : « Savez-vous madame que Rachid Nekkaz a présenté son cousin le mécanicien à sa place à la présidentielle ? ». Silence gêné à l’autre bout du fil. Un autre homme appelle les HUG pour parler d’une « livraison d’une cinquième pizza » au huitième étage, là où Bouteflika est hospitalisé. « Mon livreur est coincé là bas », crie-t-il.


El Manchar, journal satirique, assène  : « Les standardistes de l’hôpital de Genève prévoient de rejoindre les manifestations du 8 mars pour dire non au 5e mandat »


« Donnez-nous du shampoing ! »

Sur la toile, une vidéo, tournée lors de la marche du 22 février 2019, est devenue virale. Elle montre un groupe de jeunes, face à un canon à eau de la police, chanter à gorges déployées : « Donnez du shampoing et tout ira bien ! ».



L’artiste visuel Faouzi Louadah a publié un dessin pour souligner que l’Algérie n’était plus « Bled Micky » (le pays de Mickey) montrant le célèbre personnage de Disney quittant le pays tête baissée.



Plusieurs photos de manifestants avec de drôles de slogans sont également partagées sur les réseaux sociaux, comme celle d’un jeune manifestant exhibant une pancarte écrite en anglais et en français : « Summer is coming, libérez Club des Pins ! ». Une manière de dénoncer la fermeture prolongée du Club des Pins (ouest d’Alger) aux estivants, sans raison valable.



Une autre photo, prise dans le sud du pays, montre une fillette tenant l’image du sympathique personnage Dora l’exploratrice détournant le type de question phare de la célèbre série de dessins animés éducative qui propose aux enfants de retrouver un objet à l’écran : « Où est le président, moi, je ne le vois pas ? ».



Et une autre photo d’un manifestant arborant sur une affichette l’expression dérivée du titre du film culte « Catch me if you can » (Attrape-moi si tu peux) : « Catchir me if you can ». Une autre façon de railler les soutiens du 5e mandat présentés ironiquement comme « les mangeurs de cachir ». (cachir venant du terme cacher désignant la mortadelle, ndlr)



Sur Twitter, on s’amuse aussi. Hakim Cheniti écrit  :« J’espère que Ghediri va se retirer, hagda on aura droit à un classico inédit, Bouteflika contre le mécanicien de Chlef (le cousin de Rachid Nekkaz) ».


Par Fayçal Métaoui
En partenariat avec TSA
Le Desk Newsroom