Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

IntempériesAprès le drame d’Imi Ntiyaret, les promesses du gouvernement

29.08.2019 à 15 H 21 • Mis à jour le 30.08.2019 à 03 H 25
Par La rédaction
Sept personnes ont péri, d’autres sont portées disparues suite à la crue d’une rivière de la région de Taroudant. Le chef du gouvernement a annoncé l'ouverture d'une enquête et a promis de renforcer l’arsenal juridique de prévention des catastrophes naturelles. L’exécutif prévoit dans ce sens de créer une direction centrale au sein du ministère de l’Intérieur

Les autorités ont débuté une enquête sur les circonstances ayant causé la mort de sept personnes au douar Tizert, commune d’Imi Ntiyaret, cercle d’Ighern dans la province de Taroudant, et suite auxquelles une personne a été portée disparue et une autre a été secourue, a annoncé, jeudi à Rabat, le Chef du Gouvernement, Saâddedine El Otmani.


Sur la base des rapports fournis sur le drame par le ministre délégué auprès du ministre l’Intérieur, Nourredine Boutayeb, le ministre chargé de l’Aménagement du territoire, Abdelahad Fassi-Fihri ainsi que le ministre de l’Equipement, Abdelkader Amara, l’éventualité de mettre sur pieds une direction centrale au niveau du ministère de l’Intérieur chargée de la gestion des risques de catastrophes naturelles a été discutée, a rapporté la presse, citant les propos de Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement.


Une loi-cadre est en cours de préparation pour renforcer l’encadrement de l’urbanisation en milieu rural et sur l’encadrement réglementaire de l’appropriation publique des ressources hydrauliques.



Aussitôt informées, les parties concernées ont entamé les investigations pour élucider les circonstances de cet incident et déterminer les responsabilités, a indiqué El Otmani à l’ouverture du conseil de gouvernement.



Le chef du gouvernement a indiqué que les autorités locales et celles concernées sont mobilisées pour retrouver les portés disparus. « Le Gouvernement va discuter, lors de la réunion d’aujourd’hui (du conseil de gouvernement, ndlr), des mesures à prendre pour éviter que ce genre d’incidents tragiques se reproduise dans d’autres lieux », a-t-il dit.



Un communiqué de la préfecture de province de Taroudant indique que dans ce cadre, il a été procédé à la mobilisation de tous les moyens humains- éléments de la Gendarmerie royale, des forces auxiliaires, de la protection civile et des agents et auxiliaires d’autorité, élus et société civile- et logistiques dont des engins et ambulances, en plus d’un hélicoptère, d’un avion de type Defender et d’une brigade cynotechnique, relevant de la Gendarmerie royale, dans le but de poursuivre la recherche de la personne disparue et d’apporter l’assistance aux citoyens en vue d’atténuer les impacts des inondations qu’a connues cette région.


El Otmani a, dans ce cadre, appelé à la vigilance et à prendre les précautions nécessaires, demandant à tous les intervenants de collaborer afin de prévenir de tels incidents, dus aux changements climatiques. Il a aussi appelé les administrations, les collectivités locales, la société civile et les citoyens à se mobiliser et collaborer afin d’éviter, dans le futur, ces incidents tristes.


Le porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi a assuré que les mesures annoncées ont pour objectif « de ne plus reproduire ce qui est arrivé » à Imi Ntirayet. Déjà en 1995, une coulée de boue dans la vallée de l’Ourika avait fait de très nombreuses victimes et la mise en place un plan de vigilance et de gestion des accidents naturels de type ORSEC avait été promis par l’Etat, tout comme des textes de loi régissant l’urbanisme dans les zones à risques, notamment des des normes draconiennes de construction en milieux inondables… 

Par La rédaction
Le Desk Newsroom