Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Covid-19A Casablanca, Fès, Tanger et Marrakech, de nouveaux foyers de contamination

17.04.2020 à 00 H 18 • Mis à jour le 17.04.2020 à 00 H 18
Par
Quatre villes ont été présentées par le directeur de l’épidémiologie, comme abritant de nouveaux foyers de contamination. De Tanger à Marrakech, en passant par Fès et Casablanca, la propagation du virus semble encore trouver des failles au confinement. Compte-rendu

Cette semaine sera incontestablement marquée par l’apparition de foyers de contamination dans quatre villes distinctes dispersées du nord au centre-sud, comme l’a annoncé Mohamed El Youbi, directeur de l’épidémiologie au ministère de la santé lors de son point de presse quotidien, tenu ce 16 avril à 18 heures. C’est un phénomène nouveau, jusqu’ici le virus évoluait essentiellement dans des environnements familiaux.


Selon El Youbi, les nouveaux foyers ont permis l’identification de 113 cas confirmés de personnes contaminées par le Covid-19. Les personnes ayant été en contact avec eux, mais aussi leurs familles et proches immédiatement prises en charge par les services du ministère de la Santé.


À Ain Sebaâ, une contamination collective provoque la panique

À Casablanca, plus précisément dans la zone industrielle de Ain Sebaa, le premier foyer de cette semaine a été enregistré le 14 avril. Une responsable administrative d’une usine appartenant à Emotechnic, une entreprise de matériel médical, avait été diagnostiquée atteinte du nouveau coronavirus. De quoi rapidement provoquer la panique au sein du personnel qui, selon les témoignages donnés à la presse par les employées, est composé de plus de 200 salariés.


Selon elles, le directeur de l’usine, de nationalité étrangère, a refusé de cesser l’activité de son entreprise, malgré la déclaration du premier cas de Covid-19.


Il aurait, selon leurs déclarations à la presse, proposé de désinfecter les lieux, avant d’inviter ses ouvrières à revenir à la tâche les poussant à tenir un sit-in improvisé devant l’usine pour exiger d’être testées.


Pour l’heure, selon les informations obtenues auprès de la direction régionale de la Santé, 72 employées de la structure, en majorité des ouvrières, ont été testées positives au Covid-19. La même source précise que jusqu’à présent, 80 % du personnel a été testé. Le bilan du point de presse de ce 16 avril établi le nombre de cas confirmés pour la ville de Casablanca à 85.


A Fès, la ville quadrillée à cause de cas déclarés dans un supermarché

Au au quartier Borj de Fès, une grande surface Carrefour a causé une hausse des cas détectés à 68 personnes contaminées.


Là encore, le ministère de la Santé a assuré que les enquêtes sont en cours pour déterminer l’identité de toutes les personnes ayant été en contact avec les cas confirmés.


En attendant, les autorités semblent prendre exemple de la procédure déjà mise en place à Meknès : un isolement strict de certains quartiers limitrophes du foyer a été opéré et les mouvements de population restreints, selon plusieurs témoignages recueillis par Le Desk.


À Tanger, un cas asymptomatique à l’origine d’un foyer

Dans la ville du Détroit, c’est un tout autre type de propagation qui a pu être constaté. Selon le bilan donné par El Youbi, Tanger a connu ces dernières 24 heures l’enregistrement de 21 cas confirmés. Selon nos informations, confirmées par des médias locaux, il s’agit d’employés d’une usine de textile. Celle-ci, contrairement à celle de Casablanca, n’était pas en activité. Pourtant, plusieurs membres de son personnel ont été testés positifs au Covid-19.


Selon nos sources, une ouvrière de cette unité avait continué d’y travailler alors qu’elle était porteuse du Covid-19. Une fois l’arrêt de l’usine décidé et dès les premiers jours du confinement, celle-ci a pu rallier Ouezzane où résident ses proches. Le lien de ce premier cas détecté à Ouezzane et le foyer de l’usine tangéroise n’a pu être fait qu’après enquête.


Des militaires de la base de Benguerir touchés en masse

Enfin, le quatrième foyer, source d’inquiétude étant donné son emplacement sensible, est celui de la région de Marrakech-Safi où à la base militaire aérienne de Benguerir, plusieurs dizaines de parachutistes membres du dispositif antiterroriste Hadar ont été testés positifs au Covid-19.


Jusqu’à présent, les autorités, tout en affirmant que 66 cas ont été découverts dans la région, n’ont pas communiqué sur l’infection des militaires. Interrogé par Le Desk, une source officielle des Forces armées royales n’a pas donné suite à nos sollicitations.

Par @soufianesbiti
Le Desk Newsroom