Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

Covid-19L’Inde suspend officiellement ses livraisons de vaccins AstraZeneca au Maroc

25.03.2021 à 00 H 06 • Mis à jour le 25.03.2021 à 00 H 24
Par
New Delhi a officiellement décrété la suspension temporaire des exportations du vaccin anti-Covid-19 AstraZeneca produit par le Serum Institute of India (SII) pour faire face à sa demande interne. Le Maroc, qui a déclaré en avoir jusqu’ici reçu 6 millions de doses, devra attendre dans le meilleur des cas, le mois de mai pour espérer de nouvelles livraisons indiennes. Il compte désormais sur d’autres sources pour éviter la pénurie

L’Inde a suspendu temporairement toutes les exportations du vaccin contre le coronavirus AstraZeneca-Oxford, ont déclaré à la BBC des sources officielles du ministère indien des Affaires étrangères.


La décision intervient alors que l’Inde fait face à une augmentation du nombre de cas d’infections au Covid-19. Ce 24 mars, le pays a enregistré sa plus forte hausse quotidienne de cette année, avec plus de 47 000 nouveaux cas et 275 décès. Cela signifie que la demande intérieure devrait augmenter dans les semaines à venir, et que les doses sont donc nécessaires pour les besoins de l’Inde. Le pays a d’ailleurs ouvert les vaccinations pour les personnes de plus de 45 ans à partir du 1er avril, ce qui accroitra mécaniquement la demande intérieure.


Le gouvernement indien a lancé son programme de vaccination le 16 janvier et a jusqu’à présent vacciné plus de 47 millions de personnes dans la crainte d’une éventuelle deuxième vague. Les autorités espèrent administrer 600 millions de doses en sept mois, soit environ 85 millions de doses par mois.


« [Le blocage des exportations] est une mesure temporaire. La demande intérieure devra primer », a confirmé une source diplomatique indienne. « Tout le reste a pris du recul, pour le moment du moins », avait précédemment annoncé l’agence de presse Reuters. « Pas d’exportations, rien [jusqu’à ce que] la situation en Inde se stabilise ».


Une « compression temporaire » qui affecte le Maroc

Cette décision –  décrite comme une « compression temporaire » par les autorités indiennes –  devrait affecter les approvisionnements à d’autres pays jusqu’à la fin du mois d’avril. Les autorités de New Delhi ont déclaré qu’il y aurait probablement « une compression des stocks de vaccins » jusqu’à cette date, mais que la situation pourrait s’améliorer en mai, lorsqu’au moins un vaccin supplémentaire devrait recevoir une approbation d’urgence.


Le plus grand fabricant indien de vaccins, le Serum Institute of India (SII), a de ce fait retardé les expéditions du vaccin AstraZeneca vers plusieurs pays ces derniers jours, dont le Maroc, le Royaume-Uni et le Brésil. Il n’y a pas eu d’exportations de l’Inde depuis jeudi dernier, selon le site Internet du ministère indien des Affaires étrangères. La semaine dernière, la BBC a rapporté qu’une livraison de cinq millions de doses vers ces pays avait été retardée de quatre semaines.


Il n’y a eu aucun commentaire officiel du gouvernement indien ou du SII au-delà de la décision. « Nous essaierons de fournir plus tard, sur la base de la situation actuelle et de l’exigence du programme de vaccination du gouvernement en Inde », avait toutefois déclaré plus tôt un porte-parole du SII.


Quelque 190 pays sous le régime Covax sont aussi susceptibles d’être touchés. Le programme, qui est dirigé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), vise à garantir que les vaccins sont partagés équitablement entre toutes les nations.


L’Inde a exporté plus de 60 millions de doses de vaccin vers 76 pays dont le Maroc à ce jour, la majorité d’entre elles étant le vaccin AstraZeneca-Oxford.


Le SII avait promis qu’il produirait un milliard de doses cette année pour les pays à revenu faible et intermédiaire. En janvier, le laboratoire avait pronostiqué qu’il pourrait produire entre 60 et 70 millions de doses de vaccin par mois. Ce chiffre incluait le vaccin AstraZeneca destiné au Maroc, ainsi que le vaccin Novavax développé aux États-Unis, qui n’est pas encore autorisé pour une utilisation en Inde.


Ce mois-là, le SII a également déclaré à la BBC qu’il visait à augmenter sa production mensuelle à 100 millions de doses à partir de mars. Cependant, un contrôle récent a révélé que la production était toujours de 60 à 70 millions de doses et n’avait pas augmenté.


Le Maroc diversifie ses sources pour éviter la pénurie

Dr. Azzedine Ibrahimi, membre du Comité National Scientifique et Technique, avait souligné le 22 mars à EFE qu’il y avait « beaucoup d’incertitude » sur la dernière commande d’AstraZeneca attendue de l’Inde en raison de la pression exercée sur son fabricant, le SII.


Le Maroc attend de recevoir « entre fin mars et début avril » de nouvelles expéditions de vaccins de Sinopharm, Sputnik V et AstraZeneca (ce dernier de Corée du Sud), même s’il n’a toujours pas de date de livraison confirmée au milieu de l’intensification de la demande mondiale de médicaments anti-Covid.


Ibrahimi a expliqué que le Maroc avait commandé 2 millions de doses à Sinopharm (dont le rythme de livraison demeure lui aussi hypothétique), en plus d’un million et demi d’AstraZeneca – cette fois-ci fabriqué en Corée du Sud et qui sera livré dans le cadre du programme OMS Covax –  plus un million de doses de Sputnik V russe et une autre quantité d’AstraZeneca (version Covishield) fabriquée en Inde qui est aujourd’hui en suspens.


Cependant, Ibrahimi a exprimé sa satisfaction des résultats obtenus dans la campagne de vaccination massive lancée dans le pays il y a plus d’un mois et demi, qu’il a qualifiée de « petit succès », rappelant que 95 % du nombre total de vaccins inoculés en Afrique l’ont été au Maroc.


Les clés du succès de cette campagne s’expliquent, selon le scientifique marocain, par la diversification des fournisseurs de vaccins dès le départ et par la pyramide des âges du pays, avec une large base de jeunes et moins de personnes âgées.  « Cela a permis de vacciner les plus de 60 ans, les populations vulnérables et tout le personnel travaillant en première ligne », a déclaré Ibrahimi, ajoutant que le Maroc se dirige maintenant vers la deuxième étape de l’immunité collective.


Au total, 4,28 millions de Marocains ont reçu la première dose du vaccin, et parmi eux 2,8 ont reçu la deuxième dose. Le Maroc a acquis un total de 8,5 millions de vaccins, dont six millions ont été livrés par AstraZeneca (Covishield) selon Rabat, et le reste du Chinois Sinopharm.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom