Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

DiplomatieBourita: « L’Espagne est-elle prête à sacrifier sa relation avec le Maroc pour Brahim Ghali ? »

01.05.2021 à 10 H 40 • Mis à jour le 01.05.2021 à 11 H 06
Par
Dans une interview sans langue de bois accordée à l’agence EFE, le ministre des Affaires étrangères a souligné que le Maroc n'a pas encore reçu de Madrid les réponses aux questions qu'il a soulevées au sujet de « l’affaire Ghali », fustigeant une relation à géométrie variable avec l’Espagne, s’agissant du Polisario et de l’Algérie ou des affaires bilatérales, telles que la coopération sécuritaire et la question migratoire

Le ministre des Affaires étrangères se demande si l’Espagne « veut sacrifier sa relation bilatérale » avec le Maroc pour le chef du Polisario Brahim Ghali , et indique qu’il continue d’attendre « une réponse satisfaisante et convaincante » du gouvernement espagnol, a-t-il déclaré lors d’un entretien avec l’agence EFE, dont Le Desk a obtenu le transcript.


Bourita a souligné que le Maroc n’a pas encore reçu de Madrid les réponses aux questions qu’il a soulevées le week-end dernier dans un communiqué concernant l’hospitalisation du chef du Polisario dans un hôpital espagnol, présence que Arancha González Laya, son homologue espagnole a justifié « pour raisons humanitaires ».


« Pourquoi les autorités espagnoles ont-elles considéré qu’il n’y avait pas lieu d’informer le Maroc (de l’arrivée de Ghali en Espagne, ndlr) ? Pourquoi ont-elles préféré se coordonner avec les adversaires du Maroc (en référence à l’Algérie, ndlr)  ? Est-il normal que nous l’ayons appris de la presse ? », a martelé Bourita.


Un test de fiabilité…

Le ministre a estimé que cet épisode « est un test sur la fiabilité de notre relation et sa sincérité, et sur le fait de savoir s’il s’agit de quelque chose de plus qu’un slogan » , et l’a comparé au traitement que Rabat a donné dans le passé aux dirigeants indépendantistes catalans. .


« Lorsque l’Espagne a fait face au séparatisme (catalan, ndlr), le Maroc a été très clair, et au plus haut niveau : rejeter tout contact et interaction avec eux et informer nos partenaires (espagnols, ndlr). Quand (les Catalans, ndlr) nous ont demandé de les recevoir au ministère, nous avons exigé que quelqu’un de l’ambassade d’Espagne soit présent », a-t-il rappelé. Une référence sans doute et entre autres, au rejet, en 2017, de la demande de l’ancien président de la Catalogne, Carles Puigdemont de se rendre au Maroc« De la part des partenaires, il n’est pas question de manœuvrer dans le dos pour une question fondamentale pour le Maroc », a-t-il souligné.


Le ministre a ainsi estimé que « l’affaire Ghali » reflète « le double visage du Polisario : alors que ses dirigeants ont droit à un avion privé et à une nouvelle identité (la nationalité algérienne avec laquelle il a été hospitalisé à Logroño, ndlr), leur population kidnappée à Tindouf n’a même pas de masques, ni de gel hydro-alcoolique, alors qu’ils sont dévorés par le Covid dans l’indifférence la plus totale » .


Pour Bourita, l’Espagne ferme les yeux sur les « atrocités » de Ghali : « C’est un violeur qui a toléré l’esclavage, la torture, les crimes de guerre, les enfants soldats et le génocide, et l’Espagne le sait avant tout le monde. Veut-elle sacrifier sa relation avec le Maroc pour cette personne ? » , a-t-il lancé


Il a également évoqué les plaintes déposées contre Ghali par l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (ASADEH) et par l’Association canarienne des victimes du terrorisme (Acavite) : « Où est la justice espagnole dans tout cela ? Aucun juge n’a jugé nécessaire d’agir contre ces demandes. Est-ce le rythme normal de la justice en Espagne ? », s’est-il interrogé.


Et en ce qui concerne la responsabilité historique de l’Espagne dans le Sahara en tant qu’ancienne puissance coloniale, Bourita la considère désormais comme « un prétexte qui ne tient plus », arguant que l’Espagne a également colonisé des territoires tels que Sidi Ifni ou le protectorat espagnol dans le nord du Maroc et là il agit « normalement ». « Nous ne pouvons pas rester prisonniers du passé espagnol », a- t-il insisté à dire.


Une relation qui ne doit pas être « à la carte »

Le ministre des Affaires étrangères a reconnu qu’avec l’Espagne il y a « un partenariat global : politique, économique, commercial, humain et policier », et c’est là qu’intervient la question de la migration, mais il n’est pas possible de penser qu’il s’agit « d’une relation à la carte : quand il s’agit (pour l’Espagne, ndlr) de comploter avec l’Algérie et le Polisario, le Maroc est hors du radar, mais quand on parle d’émigration ou de terrorisme, nous sommes à nouveau importants ». 


La tenue du prochain cycle de réunions de haut de niveau (RHN) entre les deux pays est-elle de fait compromise ? Le ministre a affirmé que le gouvernement marocain demande à l’Espagne « d’abord de clarifier les choses », alors que les réunions prévues les 28 et 29 avril, entre les chancelleries marocaine et espagnoles ont été annulées et que de nombreuses activités inter-gouvernementales ont été gelées. Une situation qui contredit les affirmations de la diplomate en chef espagnole qui déclarait récemment que les relations avec Rabat n’allaient pas être affectées par cette crise.


D’autre part, il a souligné une fois de plus que le Maroc refuse d’être le « gendarme » de l’Union européenne en matière de migration : « L’émigration a besoin d’un traitement global, pas seulement financier : nous devons être associés à la formulation de stratégies, pas seulement à sa start-up en échange d’argent », a-t-il rappelé.


Bourita a de ce fait regretté que les enjeux migratoires en Europe dépendent d’enjeux politiques : « les sondages politiques, les pressions et les délais électoraux conduisent les Européens à des considérations de court terme » , a- t-il déploré, avant de demander « de ne pas diaboliser le phénomène migratoire ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom