logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

TragédieRayan n’a pas survécu malgré l’héroïsme des sauveteurs

05.02.2022 à 20 H 45 • Mis à jour le 06.02.2022 à 00 H 04 • Temps de lecture : 7 minutes
Par et
Malgré les efforts des autorités et les moyens considérables déployés, Rayan, 5 ans, a été retrouvé ce samedi soir, sans vie, au fond du puit de 32 mètres où il avait chuté, au terme de cinq jours d'inlassables travaux d'excavation. Un communiqué du Cabinet royal a annoncé que le Roi Mohammed VI a présenté ses condoléances aux parents du jeune défunt

Bloqué depuis mardi, le jeune Rayan a pu être extrait ce samedi, peu après 21 heures, par les secouristes. Selon les informations à notre disposition autour de 21h30, l'enfant avait été retrouvé sans vie.


Ce samedi soir, un communiqué du Cabinet royal a confirmé le sort du petit Rayan pour annoncer son décès, précisant que le Roi Mohammed VI a présenté ses condoléances à la famille. Cette séquence avait été filmée par une équipe sécuritaire qui avait assuré une retransmission du message royal aux parents emmenés jusqu'à l'entrée de la fosse :


« Suite au tragique incident qui a coûté la vie à l'enfant Rayan Aourram, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, (...) a eu un appel téléphonique avec M. Khaled Aourram et Mme Ouassima Kharchich, parents du défunt décédé suite à sa chute dans un puits.


En cette douloureuse circonstance, Sa Majesté le Roi, (...) a exprimé ses plus vives condoléances et sa sincère compassion à l'ensemble des membres de la famille du défunt en cette douloureuse épreuve, la volonté divine étant imparable, implorant le Tout-Puissant de l'accueillir en sa sainte miséricorde et dans son vaste paradis, et d'accorder patience et réconfort à sa famille qui a perdu son enfant.


 SM le Roi, (...) a assuré qu'Il a suivi de près les développements de ce douloureux incident et qu’il avait donné ses hautes instructions aux autorités concernées pour prendre les mesures nécessaires et de déployer tous les efforts possibles afin de sauver le défunt, mais la volonté de Dieu étant imparable, l’enfant a répondu à l’appel du Très-Haut.


Le Souverain, (...) a exprimé sa considération pour les efforts inlassables consentis par les différentes autorités, forces publiques, et acteurs associatifs, ainsi que pour l’élan de solidarité et la large sympathie exprimés à l’égard de la famille du défunt par les différentes catégories et familles marocaines, dans cette douloureuse circonstance.


En conclusion, Sa Majesté le Roi a assuré la famille du défunt de sa haute bienveillance et de sa haute sollicitude ».


La mère du jeune Rayan recevant au téléphone les condoléances du Roi Mohammed VI. MAP


L'équipe de sauvetage avait pu réaliser un forage horizontal, entamé durant cette nuit et ayant pu être achevé en début d'après-midi. Il vient à la suite du forage vertical opéré ces deux derniers jours. Une procédure complexe et risquée, comme le déclarait Abdelhadi Thamrani, membre du comité de suivi de l'opération de sauvetage.


Les parents de Rayan recevant les condoléances du roi Mohammed VI. Crédit : Capture vidéo 2M


Le wali-gouverneur de la Wilaya de la Région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima s'était déplacé sur les lieux, tandis que l'opération avait été confiée à plusieurs entreprises, ingénieurs et topographes volontaires, soutenus par les autorités locales (ministère de l'Intérieur et Gendarmerie royale).


« Depuis mardi, des efforts soutenus ont été déployés sans relâche pour sauver l’enfant de 5 ans. Ainsi un comité de suivi et de sauvetage a été créé au niveau de la province de Chefchaouen, pour coordonner les efforts des différentes équipes d'intervention, à savoir la protection civile, la Gendarmerie royale, les autorités locales et les secouristes du Croissant Rouge, en plus de médecins, infirmiers, ingénieurs et techniciens », a indiqué l’agence officielle MAP.

« Des bulldozers et des engins lourds, appuyés par des dizaines d'éléments des autorités locales, de la protection civile, de la Gendarmerie royale et des forces auxiliaires, sous la supervision directe des autorités provinciales, ont été déployés, pour secourir Rayan, tombé dans ce puits de 32 mètres », a ajouté la même source.


« Les efforts de sauvetage n’ont pas cessé avec l’espoir de secourir l’enfant sain et sauf, et les autorités ont déployé l’ensemble des moyens nécessaires pour ce faire, tout en acheminant à Rayan eau et oxygène par tubes »,
a-t-elle poursuivi

Après le forage vertical, les travaux de creusement horizontal ont débuté vendredi avec beaucoup de précaution par une équipe d’experts de la protection civile, afin d’atteindre l’enfant.

Le creusement horizontal a été poursuivi de manière manuelle, en utilisant des outils particuliers, et avec énormément de précaution de peur d’un glissement de terrain au niveau du puits.


Les secouristes étaient entrés, plus tôt ce samedi, dans le tunnel qui conduit à la poche où se trouve Rayan. Ils étaient accompagnés par une équipe médicale, mais il n’était pas possible à ce stade de savoir si son pronostic vital était engagé


Le garçonnet est « apparu allongé sur le côté, de dos » sur les images d’une caméra d’inspection intégrée au puits exigu, où il est tombé mardi. Il était alors « impossible d’affirmer qu’il est vivant avec certitude », avait expliqué le chef sauveteur Thamrani qui espérait encore l’extraire vivant de ce trou étroit et profond de 32 mètres, creusé près de la résidence familiale à Ighrane, non loin du village de Bab Berred, dans la province de Chefchaouen.


Les secouristes se sont efforcés de faire parvenir de l’oxygène et de l’eau à travers des tubes et des bouteilles descendus jusqu’à Rayan, sans certitude qu’il ait pu les utiliser.


Des sauveteurs mobilisés pour Rayan. Crédit: Fadel Senna / AFP


Les travaux de forage à la main d’un tunnel horizontal de quelques mètres avançaient depuis cinq jours « avec une grande prudence pour éviter les vibrations qui peuvent engendrer des éboulements », avaient expliqué les autorités locales. Ce risque planait toujours jusqu’aux derniers moments de l’extraction de l’enfant, sur l’opération de sauvetage en raison de la nature du sol sur le lieu de l’incident, certaines zones étant rocheuses, d’autres très sableuses.


Les sauveteurs à pied d'oeuvre pour tenter de sauver Rayan. AFP/ GETTY IMAGES


Des milliers de sympathisants ont accouru ces derniers jours, certains de loin, en signe de solidarité, et ont campé sur place malgré le froid glacial de cette zone montagneuse du Rif, à près de 700 mètres d’altitude. Des barrières métalliques ont été disposées depuis vendredi pour contenir la foule.


A l’approche du dénouement, les badauds scandaient en chœur des « Allah Akbar ! » (« Dieu est le plus grand ! »). Les gens applaudissaient pour encourager les sauveteurs ou entonnaient des chants religieux.


Une sympathie exprimée au-delà des frontières

Le sort de Rayan a suscité énormément de sympathie sur les réseaux sociaux à travers le monde, du Maghreb jusqu’en Irak, au Yémen, au Canada ou aux Etats-Unis, dans toutes les langues.


Un vibrant hommage a été rendu aux secouristes qui luttaient depuis cinq jours, sans relâche, pour sauver le petit Rayan : « Ils sont les héros de la vraie vie », avait déclaré à la presse un des badauds présents sur place. Le hashtag #sauvezrayan continuait samedi d’occuper la tête des principales tendances de Twitter au Maroc.


Jusqu’au bout, une équipe se tenait prête à porter secours à l’enfant dès sa sortie, ont rapporté les autorités locales aux médias. Un hélicoptère médicalisé était en stand-by à quelques encablures des lieux.


Un membre des services d’urgence marocains fait un geste pendant que les équipes travaillent au sauvetage de Rayan, un garçon de 5 ans, tombé dans un puits le 1er février, dans le village isolé d’Ighrane, dans la province rurale de Chefchaouen, dans le nord du pays, le 5 février 2022. FADEL SENNA / AFP


« Il faut reconnaître que les autorités marocaines n'ont rien à se reprocher, elles ont fait tout ce qui humainement possible. Sur le plan émotionnel nous sommes effondrés, nous avions espéré son sauvetage… », a commenté un internaute.


Cet accident fait écho à un drame survenu début 2019 en Andalousie (Espagne), où un enfant de deux ans avait péri après avoir chuté dans un puits de 25 centimètres de diamètre et de plus de 100 mètres de profondeur. Le corps du petit Julen avait été retrouvé après treize jours de recherches d’une ampleur exceptionnelle.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Le Desk Newsroom