logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

ExportationsGuerre en Ukraine : OCP va participer à subvenir aux besoins en engrais du Brésil

12.03.2022 à 12 H 46 • Mis à jour le 12.03.2022 à 12 H 46
Par
L'Office Chérifien des Phosphates (OCP) renforce sa coopération avec le Brésil au vu du confit russo-ukrainien. Le Maroc étant le 3ème fournisseur d'engrais de ce pays, après la Russie et la Biélorussie. Les détails

La ministre brésilienne de l’Agriculture et de l’élevage, Tereza Cristina a tenu une rencontre avec les représentants de plusieurs pays arabes, dont le Maroc, axée sur les moyens d’assurer l’approvisionnement de son pays en engrais qui a suscité une alerte dans le pays à grande vocation agricole suite au conflit russo-ukrainien.


Nabil Adghoghi, ambassadeur du Royaume au Brésil a mis en exergue l’apport du groupe Office Chérifien des Phosphates (OCP) au Brésil, dont les activités s’étendent sur une vingtaine d’États régionaux brésiliens et a mis en avant le potentiel du Maroc à jouer un rôle majeur dans la connectivité logistique entre le Brésil et les pays arabes, à travers le port Tanger-Med en tant que plateforme des exportations à destination de la Méditerranée et du Moyen-Orient.


OCP a récemment renforcé son partenariat avec l’Américain Koch. Un accord a été signé entre les deux parties le 2 mars. OCP a annoncé qu’une filiale du groupe américain pourra acquérir une participation de 50 % dans Jorf Fertilizers Company III, détenu par le groupe marocain.


Cette alliance pourrait aussi permettre à OCP de renforcer sa position sur un autre marché clé, le Brésil, dont l’approvisionnement auprès de la Russie risque d’être perturbé en raison de la guerre déclenchée contre l’Ukraine.


Pour rappel le ministère de l’Industrie russe avait annoncé la suspension des exportations d’engrais, ce qui met plusieurs pays en situation critique. Le Maroc est le 3ème fournisseur d’engrais au Brésil, après la Russie et la Biélorussie.


Ces derniers mois, le marché des engrais est très favorable aux producteurs en raison de prix à la hausse, la guerre entre ces deux importants fournisseurs mondiaux d’engrais et de matières premières servant à leur fabrication faisant peser des risques sur l’approvisionnement.


En janvier dernier, OCP a également renforcé son partenariat avec le géant brésilien Embrapa, une société publique spécialisée dans l’agronomie, qui a permis au Brésil de se transformer en puissance agricole. Lors de la rencontre des représentants des deux groupes, il était question d’élargir la coopération entre les deux pays à la Recherche, Développement et Innovation (RD&I).


OCP est présent au Brésil depuis 2010 et détient 10 % du capital de Heringer, une société d’engrais brésilienne, placée en redressement judiciaire et connaissant des difficultés financières. Il représente 40 % des importations du phosphate au Brésil. Le directeur général du groupe au Brésil a annoncé l’élargissement d’OCP au Brésil en 2020 en ajoutant quatre entrepôts dans les États de Goiás, Minas Gerais, Pará et Santa Catarina.


Le Maroc, avec d’autres pays comme le Qatar, l’Égypte et Oman, représente 26 % des engrais importés par le Brésil, qui veut compenser la baisse des achats en provenance des deux pays impliqués dans le conflit en Europe de l’Est.


Tereza Cristina a assuré qu’elle discutera avec les opérateurs agricoles brésiliens pour augmenter la part des pays arabes dans les importations d’engrais. Le gouvernement brésilien, a lancé vendredi, le Plan National des Engrais (PNE) qui vise à augmenter la production locale de fertilisants et réduire la dépendance au marché extérieur à 45 % d’ici 2050.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom