S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Newsroom

CoopérationLe Maroc livre à la France Félix Bingui, dangereux narco-bandit en cavale

10.03.2024 à 00 H 54 • Mis à jour le 10.03.2024 à 00 H 55 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
Le suspect, interpellé à Casablanca par la BNPJ a été placé en garde à vue avant d'être présenté samedi matin devant le parquet compétent à Casablanca, dans le cadre de la procédure d’extradition. Les autorités françaises ont loué « la remarquable coopération » avec leurs homologues marocaines

Félix Bingui, alias « le Chat », chef du redoutable clan Yoda, un des gangs de la criminalité marseillaise a été interpellé vendredi 8 mars au soir par les autorités marocaines à Casablanca.


Les éléments du service d’investigations et d’interventions relevant de la Brigade nationale de la police judiciaire ont interpellé, vendredi soir, un ressortissant français âgé de 34 ans, faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités françaises pour des affaires liées à la constitution de réseaux criminels s’activant dans le trafic international de drogues, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) relayé par l’agence MAP.


Le suspect a été placé en garde à vue avant d'être présenté samedi matin devant le parquet compétent à Casablanca, dans le cadre de la procédure d’extradition.


En cavale au Maroc depuis plusieurs mois

.Le mis en cause a été appréhendé à Casablanca dans le cadre d’une opération sécuritaire bien ficelée, visant à repérer et localiser tous les endroits où le prévenu pouvait trouver refuge dans plusieurs villes marocaines, poursuit la même source.


Né en 1990 en France, « le Chat » avait fui au Maroc il y a plusieurs mois. Il était visé par une notice rouge Interpol délivrée par la France dans le cadre d’un mandat d’arrêt émis par un juge de Marseille pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs.


Selon les premiers éléments, le citoyen français était recherché au niveau international en vertu d’une notice rouge émise par Interpol, à la demande des autorités judiciaires françaises, qui le soupçonnent de diriger nombre de réseaux criminels s'adonnant au trafic international de drogue et au blanchiment du butin, précise la DGSN.


Depuis des mois, les policiers français de l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) et de l’Ofast (Office antistupéfiants) tentaient de suivre ses mouvements à la trace.


Début février, lors d’un déplacement de policiers au Maroc, les autorités françaises avaient sensibilisé leurs homologues à la présence de Félix Bingui.


Plus tôt en décembre, Abdellatif Hammouchi avait reçu à Rabat le directeur général de la police française, Frédéric Veaux et celui de la Sécurité intérieure, Nicolas Lerner. Des contacts qui marquaient la reprise de la coopération sécuritaire entre Rabat et Paris en amont du réchauffement des relations politiques entre les deux capitales après une longue période de gel.


Darmanin remercie les autorités marocaines

Citant un article du Parisien qui a eu la primeur du coup de filet à Casablanca, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin a félicité les policiers à l’origine de cette interpellation et s’est réjoui d’un « Un grand coup est porté aujourd’hui au narcobanditisme grâce à notre coopération avec les autorités marocaines que je remercie. ».



Le suspect, interpellé à Casablanca par la BNPJ a été placé en garde à vue avant d'être présenté samedi matin devant le parquet compétent à Casablanca, dans le cadre de la procédure d’extradition. Les autorités françaises ont loué « la remarquable coopération » avec leurs homologues marocaines


Dans un communiqué de presse, le Procureur de la République de Marseille, Nicolas Bessone a également pointé que « cette arrestation est le fruit d’une remarquable coopération des autorités marocaines (...) ».

 

Cette interpellation vient couronner les relations de coopération sécuritaire et d’échange de renseignements entre les services de la DGSN et la Police nationale française conformément aux mécanismes de coopération internationale dans le domaine sécuritaire, lit-on du communiqué de la DGSN.

post - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Newsroom