logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres

Le bloc notes de la rédaction

DJ Snake
Musique

Avec « Disco Maghreb », DJ Snake fait vibrer la planète au son de l’électro alaoui algérien

10.06.2022 à 23 H 26 • Mis à jour le 10.06.2022 à 23 H 26
Par
DJ Snake, de son vrai nom William Grigahcine a rafraichi le temps d’un clip entrainant et déjanté, la typique musique rythmée de la région de Tlemcen, dans l’ouest algérien. Une promotion pour le pays et ses traditions et un hommage appuyé à sa jeunesse et aux gloires du raï des années 80 et 90

Des panoramiques à flanc de rochers dans le désert, des ralentis et des plans saccadés qui se succèdent pour marquer le rythme alaoui électrisant du pas de danse. DJ Snake met à l’honneur ses origines algériennes à travers un nouveau morceau, « Disco Maghreb », dont le clip a dépassé les 20 millions de vues sur Youtube en seulement dix jours. L’Alaoui, c’est cette musique aux percussions de galal, gasba ou encore bendir qui vous fait secouer les épaules d’avant en arrière.


Les réactions ne tarissent pas sur le clip vidéo qui met en avant le patrimoine de la région de Tlemcen, dans l’Ouest de l’Algérie. Danse traditionnelle et familiale dans un mariage avec une promise vêtue de la fameuse cheddah, scènes de fantasia à cheval, courses de chameaux effrénées. Réalisé par Elias Belkeddar, conseiller de Romain Gavras, le clip s’attache à montrer une Algérie qui vit fièrement dans ses traditions tout en mettant en avant sa jeunesse.



« DJ Snake, meilleure agence de promotion du tourisme algérien dans le monde » peut-on lire sur Facebook, les internautes algériens saluant ainsi la mise en valeur de leur patrimoine, encore très méconnu, par un artiste binational. DJ Snake, de son vrai nom William Grigahcine, est né d’un père français et d’une mère algérienne, il grandit dans un quartier populaire dans le Val d’Oise, en banlieue parisienne. Une scène, sans doute la plus marquante du clip, prend place au cœur de la cité ghetto « Carrière Jeaubert », un décor aux lumières tricolores de l’emblème national algérien vert-blanc-rouge, des familles précarisées perchées aux balcons qui surplombent le show.


Le label « Disco Maghreb » incarne à lui seul l’histoire du raï algérien. Basée dans la deuxième ville du pays, Oran, mais désormais plus en activité aujourd’hui, la maison de disque a vu passer des légendes du raï tels que Cheb Hasni et Cheb Khaled. L’affiche du morceau de DJ Snake représente une pochette de K7 audio, référence aux gloires du raï des années 80 et 90.


DJ SnakeAffiche de Disco Maghreb, nostalgique des K7 audio de raï. DR


Le clip s’ouvre sur le lever du rideau en fer de la boutique « Disco Maghreb » à la devanture décrépie. Parmi les étagères et bacs à vinyls débordant de piles de cassettes de musique raï, une photo de Cheb Hasni, clin d’œil au Rossignol du raï. Et c’est sur les « aman, aman » de Cheb Khaled que s’achève l’instru musicale, sur fond de course déjantée de 103 SP chevauchées par des jeunes de la classe populaire, que l’on voit rarement mis à l’écran, s’élançant dans une chevauchée acrobatique sur l’autoroute Est-Ouest, la plus longue d’Afrique.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Culture