S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres

Le bloc notes de la rédaction

Musique

Festival Gnaoua 2024: Aïta Mon Amour, BCUC et Simon Shaheen Quartet à l’affiche

06.05.2024 à 03 H 49 • Mis à jour le 06.05.2024 à 03 H 50 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Moins de deux mois nous séparent de la 25ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira qui bouclera son premier quart de siècle du 27 au 29 juin prochain. Des artistes des quatre coins du monde se succèderont cette année sur les scènes du Festival

Cette année, comme à l’accoutumée, les organisateurs promettent « des instrumentistes virtuoses et des phénomènes scéniques ». Parmi eux, Alune Wade (Sénégal), Aïta Mon Amour (Maroc, Tunisie), BCUC (Afrique du Sud), Simon Shaheen Quartet (Palestine) et Ablaye Cissoko &  Cordaba (Sénégal) partagent une passion commune pour les patrimoines musicaux africains et arabes, qu’ils réinterprètent et réinventent chacun à leur manière.


En plus de cette exploration, ils incarnent une grande diversité de genres, allant de l’Afrobeat à l’Aïta, en passant par le Jazz, la musique traditionnelle arabe, la Soul et même le Punk Rock, soulignent les organisateurs.


Le bassiste, compositeur et voyageur musical, Alune Wade continuera son exploration des secrets de la transe Gnaoua à Essaouira cette année, accompagné d’autres artistes de renoms, notamment BCUC.


« Assister à un concert de BCUC est une expérience galvanisante et inoubliable », estiment les organisateurs, qui relèvent que l’énergie puissante de ce groupe originaire de Soweto, qui mélange musique traditionnelle africaine, soul et punk rock pour créer une transe unique et festive, promet d’électriser le Festival.


Quant à Aïta Mon Amour, le duo nous embarquera dans un voyage envoûtant à travers ces chants ruraux séculaires, popularisés par les Chikhates, avec comme mission de réinterpréter la tradition avec les outils actuels.


Simon Shaheen, avec sa brillante interprétation de la musique arabe et les mélanges qu’il opère avec d’autres traditions musicales, permettra au public international de découvrir toute la beauté de la culture arabe.


Enfin, Ablaye Cissoko, l’un des plus grands joueurs de kora, sera également présent cette année au Festival, en incarnant la rencontre entre les traditions mandingues et la création contemporaine.


Pas moins de 400 artistes enflammeront les scènes du Festival en juin lors de 53 concerts prévus. Comme chaque année, concerts de fusion, lila intimistes, et grands débats d’idées, mais aussi des ateliers de musique pour découvrir et apprendre la musique Gnaoua, ses instruments, ses rythmes et son histoire sont programmés.

culture - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk Culture