Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
Désintox
Media Fail

Test de virginité dans l’armée: aux origines d’une information fantaisiste

31.08.2018 à 17 H 30 • Mis à jour le 31.08.2018 à 17 H 30
Par Issam El Yadari
À l'origine
La radio espagnole Cadena Ser a prétendu que dans le cadre de la loi en préparation réinstaurant le service militaire obligatoire pour les 18-25 ans, un test de virginité obligatoire sera imposé aux femmes.

La source ajoute que le résultat du test sera de plus divulgué aux familles afin d’éviter d’éventuelles accusations de viol pendant la durée du service militaire.
Les détails
L’information a eu l’effet d’une trainée de poudre. Reprise par d’autres médias ibériques à l’instar de La Vanguardia (qui a supprimé depuis son article) ou encore de La Sexta, celle-ci a suscité nombre d’interrogations sur les réseaux sociaux et la presse marocaine. Le HuffPost Maroc la mise en doute par la voie d’un parlementaire, tandis que Plurielle l’a contredit sur le témoignage d’un militaire à la retraite.



Cela n’a pas empêché d’autres médias à l’international d’en faire ses choux gras, comme l’agence russe Sputnik News qui a fait le parallèle avec l’Indonésie, pays qui impose cette mesure à ses soldates.

Le 360 précise dans la foulée «qu'aucune disposition dans le projet de loi sur le service militaire, dont le site détient une copie, n'impose une telle mesure» estimant sans aller jusqu’à la démentir, que cette mesure, « si elle s’avère vraie, risque de jeter de l’huile sur le feu et de faire sortir de leurs gonds bien des «féministes».
Les faits réels
Contactée par Le Desk, une source militaire autorisée dément formellement cette information : « Nous sommes un pays ouvert, il n’a jamais été question d’imposer cette mesure. Nous recrutons d’ailleurs des femmes sous-officiers et officiers dans les différents corps de l’armée dans les mêmes conditions que les hommes ».

La même source ajoute de plus que cette loi est toujours en gestation, que ses décrets d’application n’ont pas été adoptés, et que ce « genre d’assertion est tout simplement fantaisiste ».
Le verdict
Au-delà du fait que l’information paraissait peu crédible en considération des conditions de recrutement dans l’armée marocaine pour les soldats et gradés des deux sexes et du fait que la loi rétablissant la conscription n’a pas été adoptée, il est fort probable qu’une confusion a été faite entre le test de virginité et le certificat de célibat demandé dans de nombreuses procédures administratives (à caractère civil comme militaire), l’appellation en arabe pouvant être mal interprétée à sa traduction littérale en langue étrangère.

Par Issam El Yadari
Le Desk Désintox