Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En clair

n°694.« African Lion ’21 au Sahara Occidental »: une fake news née d’une confusion entretenue

05.06.2021 à 14 H 43 • Mis à jour le 06.06.2021 à 01 H 44
Par
Un communiqué des Forces armées royales (FAR) diffusé ce samedi a rapidement été sur-interprété par certains internautes pour affirmer que l'exercice militaire conjoint African Lion 2021 aura lieu sur le territoire du Sahara Occidental, faisant fi des démentis d'officiels américains recueillis notamment par Le Desk. Retour sur les sources d’une confusion savamment entretenue et qui tend à tordre le cou à la vérité et à la géographie

L’exercice militaire d’African Lion 2021 aura-t-il lieu au Sahara Occidental ou non ? C’est une question qui a alimenté le débat ces derniers mois, avec comme toile de fond la question de la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le territoire contesté par le Front Polisario, proclamée par l’ancien président américain Donald Trump.


Dans un premier temps, ce sont les cercles proches du Polisario qui ont douté, puis contesté la possibilité américaine d’effectuer des exercices dans la zone contestée : comprendre la partie considérée comme étant le Sahara Occidental, à savoir, géographiquement, la partie allant du sud de Tarfaya jusqu’à Lagouira. L’arrivée d’un premier contingent de 740 soldats de la Garde nationale américaine de l’Etat de Georgie à Tan Tan a fait dire au sympathisants du Polisario que les exercices excluaient de fait le Sahara Occidental, Tan Tan étant à l’extérieur du territoire contesté. Or, cela ne suffisait pas, à ce stade, à trancher la question, près de 3 000 autres soldats d’autres unités étaient encore attendus et leurs affections sur le terrain non connues.


Mahbès, la zone qui a permis d’alimenter la confusion

Dans un premier temps, début mai, les Américains étaient encore peu diserts sur la question, refusant de dire si leurs troupes allaient ou non fouler le sol du Sahara occidental. Interrogé par nos soins, le Maj. Cain S. Claxton, porte-parole de la Southern European Task Force, SETAF-Africa, n’avait pas voulu aller dans le détail, en précisant que « les plans d’African Lion ’21 sont établis. Les lieux d’entraînement ont été étroitement coordonnés avec les Forces armées royales marocaines et offrent d’excellentes opportunités à nos forces combinées de pratiquer l’interopérabilité », poursuivant : « le Maroc étant le pays hôte, nous reportons les commentaires sur les domaines de formation spécifiques aux porte-paroles officiels des FAR ».


Ceci, alors que du côté marocain, des sources officielles indiquaient que l’exercice militaire African Lion se déroulera en partie cette année sur le territoire du Sahara Occidental, notamment à Mahbès, d’après ce que rapportait l’agence de presse espagnole EFE. Par ailleurs, pour rappel, dès début mars, c’est Article19 qui affirmait « qu’une équipe du module CIMIC (actions civilo-militaires) s’est déplacée vers les villes de Tafraout et de Dakhla pour choisir l’emplacement idéal qui va abriter l’hôpital de campagne, prévu lors de l’exercice AL 21 », ajoutant « plus loin que le choix de Dakhla et Mahbès pour le déroulement d’une partie de l’exercice militaire African Lion confirme ainsi la reconnaissance par Washington de la marocanité du Sahara », pouvait-on lire.


Le malheureux tweet d’El Otmani

Fin mai, le chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani s’aventurera à affirmer sur Twitter que les exercices se dérouleront bien au Sahara Occidental, utilisant le vocable “Sahara marocain”  qui prête à confusion pour désigner le lieu-dit de Mahbès, mais assurant pour couper court à l’incertitude que la ville côtière de Dakhla est concernée. Le fait que le chef du gouvernement fasse cette déclaration assortie d’un satisfecit sur une forme de confirmation d’un appui américain à Rabat influencera largement l’opinion publique.


Tweet d'El Otmani sur African Lion, supprimé. Le Desk


Sauf que ce qu’a affirmé El Otmani s’est révélé faux et il a d’ailleurs effacé son tweet sans demander son reste.  Interrogées simultanément par Le Desk et par l’agence de presse espagnole EFE, deux sources bien distinctes au sein de l’armée américaine ont démenti les affirmations du chef du gouvernement apportant pour lever le doute des précisions définitives sur la localisation des lieux où se déroulera l’exercice militaire qui démarre ce 7 juin.


La zone de Greier Labouhit jouxtant l'aéroport d'Assa-Zag, dans la région de mahbès : Google Earth


Dans sa réponse écrite au Desk, le porte-parole de la Southern European Task Force-Setaf-Africa affirme : « les sites d’entraînement ont été établis dès début 2020, et s’étendent de la base aérienne de Kénitra au nord du Maroc jusqu’aux centres de formation à Grier Labouhit et Tan-Tan, au sud ». La même source nous a également fourni les coordonnées géographiques précises de Grier Labouhit, perdu dans les confins sahariens. Il s’agit d’un centre d’entraînement militaire situé entre 30 et 40 kilomètres de la commune de Zag. Il jouxte l’aéroport d’Assa-Zag. Par rapport à Mahbès, Grier Labouhit est à moins de 40 kilomètres au nord-ouest de la commune. Comme le montrent différentes cartes et Google Earth, cette zone est de ce fait située en dehors de la zone contestée du Sahara Occidental, à la lisière même de ce territoire, comme nous l’affirmions.


Ce samedi, l’État-Major des Forces armées royales (FAR) a diffusé un communiqué officialisant côté marocain les lieux choisis pour African Lion 2021 : Agadir, Tifnit, Tan-Tan, Mahbès, Tafraout, Ben Guerir et Kénitra. Par Mahbès, la Grande muette ne dément pas les données précises fournies par l’armée américaine, mais laisse planer une certaine confusion, qui reprise en l’état par la presse est susceptible de tromper l’opinion publique… 

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par @soufianesbiti
Le Desk En clair