Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En clair

n°609.Comment l’Etat compte soutenir le secteur touristique impacté par la pandémie du Covid-19

06.08.2020 à 19 H 38 • Mis à jour le 06.08.2020 à 19 H 38
Par
Ce 6 août, à travers la signature du contrat-programme visant à relancer le secteur touristique, l'Etat a pris une série d'engagements ayant pour but d'aérer la trésorerie des opérateurs touristiques tout en leur offrant les conditions optimales d'une relance qui n'a que trop tardé. Les détails

Les professionnels du secteur touristique ont de quoi s’enthousiasmer. Ce 6 août, le tant attendu contrat-programme sur la relance du secteur touristique a été signé à Rabat, en marge de la 9ème réunion du Comité de Veille Économique (CVE).


Le contrat-programme a été signé d’une part par l’État représenté par les ministères de Mohammed Benchaâboune (Économie et Finances), Nadia Fettah Alaoui (Tourisme) et Mohamed Amekraz (Travail) et d’un autre, par le secteur privé représenté ici par la Confédération Nationale du Tourisme (CNT) et le Groupement Professionnel des Banques du Maroc.


Le document, dont Le Desk détient copie, prévoit tout d’abord des engagements de la part des deux parties. Du côté de l’État, voici les principales mesures promises visant à relancer le tourisme fortement impacté par l’État d’urgence sanitaire :

  • –  Une indemnité forfaite de 2 000 dirhams sera octroyée aux salariés et stagiaires des établissements d’hébergement touristique classés, des agences de voyages, des transporteurs touristiques et des guides agréés par le ministère du Tourisme. Cette indemnité sera octroyée du 1er juillet 2020 au 31 décembre 2020.
  • –  La prolongation de la suspension du paiement des charges sociales jusqu’au 31 décembre 2020, avec étalement du remboursement sur 18 mois à compter du 1er janvier 2021.
  • –  La prolongation de l’exonération d’IR sur les complétements de rémunération au profit des salariés affilés à la CNSS jusqu’au 31 décembre 2020.
  • –  L’intégration de toutes les corporations du secteur touristiques dans le régime de couverture sociale.
  • –  La prolongation du délai de remboursement du découvert exceptionnel obtenu dans le cadre du produit Daman Oxygène jusqu’au 31 décembre 2021.
  • –  Le secteur touristique bénéficiera de trois nouveaux produits de garantie : Relance TPE, Damane Relance et Damane Relance hôtellerie.
  • –  Un moratoire de remboursement des échéances des crédits bancaires jusqu’au 31 décembre 2020 sans paiement de frais ni de pénalités.
  • –  Le déploiement d’efforts pour accorder une amnistie sur la Taxe de Promotion Touristique pour 2020 et les années précédentes.
  • –  La stimulation de la demande à travers la commande publique.
  • –  La favorisation de la transformation digitale du secteur touristique.


De son côté, le secteur touristique, et plus généralement le secteur privé auront également des engagements à tenir, dont notamment le maintien à un niveau supérieur à 80 % des emplois stables, l’élargissement de la couverture sociale à tout le personnel, la proposition d’un plan d’intégration progressif par filière et par métier à partir de 2021. Le contrat-programme dispose également de la nécessité de respecter les délais réglementaires pour s’acquitter des déclarations fiscales.


Au secteur privé, plus précisément le GPBM, on demande de faire bénéficier les opérateurs touristiques des mécanismes de garantie et de crédit dans des conditions adaptées au secteur.


Enfin, les opérateurs touristiques auront également à se mettre à niveau sur le plan sanitaire, tout en prévoyant une offre compétitive et de qualité aux voyageurs nationaux à travers des offres promotionnelles adaptées à la demande marocaine. Pour les voyageurs internationaux, il est question de rehausser les standards de qualité et d’améliorer le service rendu.


Pour rappel, fin juin, l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) avaient annoncé que le Maroc figurait parmi la liste des pays qui devraient bénéficier d’un plan de relance du tourisme.

Par
Le Desk En clair