logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En clair

n°753.Nouvelle ligne LGV et Korea National Railway : ce qu’il en est réellement

14.03.2022 à 19 H 57 • Mis à jour le 14.03.2022 à 19 H 57
Par
Le 10 mars, le Sud-Coréen Korea National Railway (KNR) a déclaré avoir remporté un marché portant sur des études ferroviaires pour le compte de l’Office national des chemins de fer (ONCF). Les termes imprécis de sa communication ont semé la confusion auprès de la presse de Séoul, mais aussi de la presse spécialisée et d’un certain nombre de médias marocains. Le Desk démêle le vrai du faux et apporte des détails supplémentaires sur ce projet

Selon des informations obtenues par Le Desk auprès du Sud-Coréen Korea National Railway (KNR), la compagnie ferroviaire a remporté le marché de « Service d’avant-projet de base et de détail du tronçon 3 de Nouaceur-Marrakech ». KNR affirme avoir été sélectionnée comme ultime soumissionnaire retenu aux côtés de deux autres partenaires : Dohwa Engineering et le cabinet marocain CID (Conseil, Ingénierie et Développement, bureau d’études public, ndlr).


Le 10 mars, KNR a rendu publique cette information en la contextualisant avec le grand projet d’armature LGV (ligne à grande vitesse) engagé par le Maroc et qui compte déjà le tronçon Tanger-Kénitra-Casablanca. Une présentation des faits qui a semé la confusion auprès de nombreux médias. C’est le cas tout d’abord de la presse coréenne reprenant les termes généraux et peu précis de la communication de KNR, mais aussi de la presse spécialisée, dont notamment RailJournal. Celui-ci commet l’erreur de titrer que KNR « remporte le contrat de conception de la ligne à grande vitesse marocaine ». Il emboite alors que le groupement choisi «  fournira des services de conception de base et détaillés pour la troisième section de la ligne à grande vitesse prévue de 230 km Marrakech –  Agadir ». Ce qui est faux.


En réalité, le marché remporté rentre dans le cadre précis des études d’avant-projet sommaire, d’avant-projet détaillé, de projet mais aussi des études d’exécution d’infrastructures (génie civil, équipements ferroviaires, systèmes d’exploitation ferroviaire).


Il s’agit en fait d’un marché, dont Le Desk avait précédemment détaillé les contours et les résultats, le 2 mars : celui du renforcement de la capacité ferroviaire au niveau de la ligne Kénitra-Marrakech.


Comme le précise une carte fournie par KNR, le marché relatif à la ligne Kénitra-Marrakech a été divisé en trois tronçons. Le premier lot est de 140 kilomètres (km), le second de 130 km, tandis que le troisième, qui nous intéresse ici, porte sur 203 km (et non 230 km comme l’affirme RailJournal).


Le lot 3, objet du contrat remporté par KNR concerne le tronçon Nouaceur-Marrakech. Crédit : KNR


Le Sud-Coréen KNR ne manque pas de souligner avoir réussi à surmonter la concurrence de sociétés d’ingénierie françaises, déjà présentes en force au Maroc. Il détaille que pour les deux autres lots, ce sont les bureaux d’études français Ingerop et Setec –  qui vient d’élargir sa présence au Royaume – , qui ont été choisis.


Des affirmations conformes à ce que nous avions déjà rapporté : le premier lot a été décroché par le groupement Novec (filiale de la CDG)-Ingerop, tandis que le second était revenu au Français Setec, représenté par ses différentes filiales, dont l’une est présente au Maroc.


Enfin, le troisième lot était revenu au groupement composé par le Marocain CID, et les Sud-Coréens Dohwa Engineering et KNR.


Toutefois, le montant avancé de 32 millions de dollars par KNR est trompeur. D’après nos calculs, il s’agit plutôt du montant total des trois lots, estimé initialement à 360 millions de dirhams (MDH), et finalement rabaissé à près de 310 MDH.


En fait, l’offre retenue du groupement où l’on retrouve KNR est de 63,8 MDH et 1,4 million de dollars hors taxes.


Il est par ailleurs également à souligner que ce type de contrats est souvent remporté à la fois par des bureaux d’ingénierie, mais aussi de grands groupes actifs dans le ferroviaire. Au Maroc, la concurrence demeure rude face aux Français, déjà implantés dans le Royaume. Ce qui fera dire au président de KNR, Kim Han-young, que « l’attribution de ce projet a été l’occasion d’informer le monde que la Corée dispose de la technologie pour exporter des conceptions de trains à grande vitesse, et on s’attend à ce qu’il devienne un tremplin pour des commandes supplémentaires pour le projet polonais de train à grande vitesse, qui devrait faire l’objet d’un appel d’offres à l’avenir ». De quoi davantage enfumer le public.


Nous sommes donc bien loin de ce qui a pu être affirmé par la presse nationale qui mentionne que KNR remporte « le contrat de conception de la ligne Marrakech-Agadir, pour 32 millions de dollars (sic !) » , sans oublier qu’il est encore moins question de travaux pour le moment, mais plutôt d’études préliminaires à réaliser.


Reste à savoir cependant dans quelle mesure ce marché remporté rentre dans le cadre du projet de Ligne à Grande Vitesse (LGV) jusqu’à son extension à Agadir.


La réponse se trouve dans le cahier de charges de l’appel d’offres des études : les opérations réalisées par le groupement de KNR devraient permettre notamment d’établir une liaison LGV Nouaceur-Marrakech, en site propre, y compris les noeuds de Sidi Ghanem, Marrakech et le triangle Marrakech-Agadir-Casablanca, y est-il précisé.


Crédit : ONCF


D’autres missions sont aussi attendues dont, entre autres, l’élaboration d’un dossier des traversées et réseaux de toutes natures (IAM, ONEE, Lydec, ADM, ONHYM, Régies autonomes de distribution d’eau et d’électricité, DR, … ), la définition des risques d’instabilités diverses pouvant affecter les terrassements et future plate-forme (sapements de berge, érosion) et les solutions de traitement des zones compressibles y compris le phasage prévisionnel de réalisation, etc.


Il est cependant à noter que les autres prestataires, opérant au niveau des lots 1 et 2, auront aussi à intervenir au niveau de la ligne LGV, mais cette fois-ci pour la section menant de Kénitra jusqu’à Nouaceur.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par @soufianesbiti
Le Desk En clair