logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Algérie-Espagne
Abdelmadjid Tebboune sur la question du Sahara : « Pedro Sánchez a tout cassé »

23.04.2022 à 23 H 25 • Mis à jour le 24.04.2022 à 06 H 01
Par et

Le revirement de l’Espagne en faveur de la position marocaine sur la question du Sahara occidental est « inacceptable moralement et historiquement », a estimé samedi soir le président algérien Abdelmadjid Tebboune.


Dans une interview à des médias nationaux, Tebboune a dénoncé l’annonce le 18 mars par le gouvernement espagnol de son soutien au plan d’autonomie marocain, en rupture avec la position traditionnelle de neutralité de l’ancienne puissance colonisatrice.


« Nous avons de très solides liens avec l’Etat espagnol mais le chef du gouvernement (Pedro Sánchez, ndlr) a tout cassé », a ajouté le chef de l’Etat algérien.


Sánchez a qualifié le plan marocain de « base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution de ce différend ».


Dénonçant un « revirement » de l’Espagne, Alger a rappelé le 19 mars son ambassadeur en Espagne et a réclamé des « clarifications » avant tout éventuel retour de son représentant à Madrid. Le ministre espagnol des Affaires étrangères n’entretient plus de contacts avec Alger.


« L’ONU considère que l’Espagne est la puissance administrante tant qu’il n’y a pas de solution au Sahara occidental », a poursuivi Tebboune.


L’Algérie réclame « l’application du droit international ». « L’Espagne ne doit pas renoncer à sa responsabilité historique et doit réviser sa position », a-t-il ajouté. De son côté, l’envoyé spécial des Nations Unies pour le Sahara, Staffan de Mistura avait annoncé ce mercredi qu’une nouvelle tournée régionale devrait bientôt avoir lieu. Cependant, il n’a pas précisé de date, ni devant les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU, ni lors des déclarations à l’issue d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité.


Le président Tebboune a toutefois souligné que l’Algérie ne « renoncerait jamais à ses engagements d’assurer la fourniture de gaz à l’Espagne quelles que soient les circonstances ».


L’Espagne est très dépendante de l’Algérie pour ses approvisionnements en gaz. Début avril, le groupe pétro-gazier public algérien Sonatrach avait évoqué une hausse des prix du gaz livré à l’Espagne, en raison de la flambée enregistrée sur les marchés sous l’effet de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.


Le P-DG de Sonatrach Toufik Hakkar avait alors indiqué à l’agence officielle algérienne APS qu’il n’était « pas exclu de procéder à un recalcul des prix avec notre client espagnol ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Le Desk En continu