Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Maghreb
Algérie: un 31ème vendredi de manifestations sous très haute tension

20.09.2019 à 10 H 48 • Mis à jour le 20.09.2019 à 10 H 55
Par La rédaction

Les Algériens s’apprêtent à manifester aujourd’hui pour le 31e vendredi consécutif à travers le pays. Cette nouvelle journée de mobilisation contre le pouvoir en place et ses symboles intervient six jours après la convocation, dimanche 15 septembre, du corps électoral, synonyme d’une détermination du pouvoir à organiser l’élection présidentielle qui aura lieu le 12 décembre.


Cette journée s’annonce particulière à Alger où les forces de sécurité tentent depuis hier jeudi d’empêcher les manifestants venus d’autres wilayas de rejoindre la capitale conformément aux instructions du chef d’état-major de l’armée nationale Ahmed Gaid Salah.



En visite dans la sixième région militaire, le général de corps d’armée a annoncé des « instructions » données à la gendarmerie pour resserrer l’étau autour de la capitale des jours de marche.


« Nous avons constaté sur le terrain que certaines parties, parmi les relais de la bande, aux intentions malveillantes, font de la liberté de déplacement un prétexte, pour justifier leur dangereux comportement, qui consiste à créer tous les facteurs qui perturbent la quiétude des citoyens, en drainant chaque semaine des citoyens issus de différentes wilayas du pays vers la capitale, afin d’amplifier les flux humains, dans les places publiques… », a indiqué le chef d’état-major avant d’annoncer sa mesure-phare.


« J’ai donné des instructions à la Gendarmerie nationale pour faire face avec fermeté à ces agissements, à travers l’application rigoureuse des réglementations en vigueur, y compris, l’interpellation des véhicules et des autocars utilisés à ces fins, en les saisissant et en imposant des amendes à leurs propriétaires », a-t-il indiqué.


Sur les réseaux sociaux, les appels à la mobilisation se sont multipliés tout au long de la semaine. Pour ce vendredi, les appels à garder le caractère pacifique du Hirak sont plus nombreux, deux jours après les émeutes meurtrières à Oued Rhiou, dans la wilaya de Relizane.

Par La rédaction
En partenariat avec TSA
Le Desk En continu