S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Emploi
Au Maroc, la probabilité d’inactivité des femmes atteint 73%, contre 7,5% pour les hommes

25.03.2024 à 10 H 16 • Mis à jour le 25.03.2024 à 10 H 16 • Temps de lecture : 2 minutes
Par

La probabilité d'inactivité des femmes au Maroc atteint un taux de 73 %, bien plus élevée que celle des hommes, estimée à 7,5 %, révèle le Haut-Commissariat au Plan (HCP) dans une étude intersectionnelle sur la participation des femmes au marché du travail marocain.


Cette disparité est d'autant plus marquée chez les femmes mariées, dont la probabilité d’être inactive atteint 81,9 % (3,1 % chez les hommes mariés), que chez les jeunes femmes âgées de 25 à 34 ans, avec une probabilité de 79,4 % (3,3 % pour les jeunes hommes), indique l’étude réalisée dans le cadre du Partenariat d’assistance technique - Mécanisme de déploiement d’experts (PAT-MDE).


Les résultats montrent également que l'implication des femmes et des hommes dans le marché du travail dépend de leur cycle de vie, soulignant des parcours et des défis distincts liés au genre. Pour les femmes, les probabilités d’inactivité prennent la forme d’une courbe en U, où elles tendent à baisser en passant d’une probabilité de 83 % pour les plus jeunes (25-26 ans) pour atteindre une probabilité de 72 % à l’âge de 43-44 ans, pour ensuite augmenter à 77,6 %. Alors que pour les hommes, la probabilité d'inactivité augmente avec l'âge, passant de 5 % pour les plus jeunes (25-26 ans) à 24 % pour ceux âgés de 57 à 59 ans.


En outre, l'éducation se distingue comme un facteur clé modulant l’inactivité des femmes. Les variations des probabilités entre les niveaux d’éducation sont plus prononcées chez les femmes que chez les hommes. Ainsi, les personnes n'ayant pas de diplôme ont les probabilités d'inactivité les plus élevées, avec des différences importantes entre les hommes (6,8 %) et les femmes (80,8 %). Cependant, à mesure que le niveau d'éducation augmente, les probabilités d’inactivité baissent significativement de 42 points de pourcentage pour les femmes ayant un diplôme supérieur pour atteindre 38,6 %. Pour les hommes, et compte tenu de leur faible niveau, leur probabilité d’inactivité ne diminue que de 1,7 point de pourcentage.


Par ailleurs, l'examen des probabilités d'inactivité au niveau régional révèle l'impact significatif du contexte géographique et socio-économique sur la participation des femmes au marché du travail. Contrairement aux hommes qui ont des probabilités d’inactivité ne dépassant pas 8 % dans l’ensemble des régions, celles des femmes sont beaucoup plus dispersées. En effet, les femmes de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra sont les plus exposées à l’inactivité avec une probabilité de 87 %. Elle est suivie de près par la région de l'Oriental et Souss-Massa, où les probabilités d'inactivité atteignent respectivement 83 % et 82 %. À l'opposé, les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra présentent les probabilités les plus faibles parmi les régions, bien que toujours élevées, atteignant 68 %, 70,8 % et 74,9 %, respectivement.


Cette étude a pour objectif d’identifier les profils multidimensionnels des femmes les plus susceptibles de ne pas participer au marché du travail, en mettant la lumière sur les interactions entre les contraintes individuelles, sociales et contextuelles auxquelles elles sont confrontées. Elle met également en évidence la complexité des contraintes à la participation des femmes au marché du travail marocain à travers une approche intersectionnelle du genre, combinant des méthodologies de recherche quantitatives et qualitatives.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu