S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Syndicats
Congrès de l’UGTM : la DGSN n’exclut pas de recourir à la justice

22.05.2017 à 11 H 35 • Mis à jour le 22.05.2017 à 12 H 39 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
L'intervention des forces publiques s’inscrivait « dans le cadre de la mobilisation de ces forces pour l’exécution d’une décision en référé émise par une autorité judiciaire compétente sur la base d’une ordonnance écrite du parquet compétent es-qualité et doté de la compétence territoriale », indique la DGSN dans un communiqué relayé par l’agence MAP, faisant référence au Congrès extraordinaire de l'UGTM, le syndicat affilié au parti de l'Istiqlal

La Direction Générale de la sûreté nationale (DGSN) affirme refuser « la tentative visant à contourner le caractère juridique et judiciaire du dossier ayant conduit à une intervention des forces publiques, dimanche, dans des locaux abritant une rencontre de personnes affiliées à un syndicat national, se réservant le droit de recourir à la justice ».



L'intervention des forces publiques s’inscrivait « dans le cadre de la mobilisation de ces forces pour l’exécution d’une décision en référé émise par une autorité judiciaire compétente sur la base d’une ordonnance écrite du parquet compétent es-qualité et doté de la compétence territoriale », indique la DGSN dans un communiqué relayé par l’agence MAP, faisant référence au Congrès extraordinaire de l'UGTM, le syndicat affilié au parti de l'Istiqlal.



Enaâm Mayara, parent de Hamid Ould Rachid a été élu pour succéder à Kefi Cherrat à la la tête de l'UGTM. Une éléction actée par l'Intérieur. Mais le perdant a contesté le vote et esté de son côté en justice. Dimanche 21 mai, un Congrès extraordinaire était convoqué à Salé, alors qu'une procédure en référé était déjà engagée pour sa tenue par le président du tribunal de Première instance de Salé. Cherrat, soutenu par Hamid Chabat a alors décidé de déplacer la tenue du Congrès à Rabat pour éviter le blocage. Le procureur du roi a alors décidé d'agir...



L’intervention des forces publiques « avait pour but de garantir la protection de l’huissier de justice chargé de l’exécution, conformément à la Loi, ainsi que le déroulement des procédures d’exécution de la décision judiciaire d’interdiction de la tenue d’une activité syndicale dans un local, sis à Salé, tout en élargissant le périmètre d’exécution à tout autre lieu à Rabat », explique par conséquent la DGSN.



En portant à la connaissance de l’opinion publique ces données, la DGSN « dément de manière catégorique les allégations et les diffamations à l’encontre de ses services et de ses fonctionnaires de la part des participants à cette rencontre, considérant que les insinuations et les graves accusations colportées à leur égard constituent une diffamation flagrante, une atteinte manifeste à la considération personnelle due à ses fonctionnaires et un outrage envers un corps constitué ».



La DGSN rejette « les tentatives des participants à cette activité de porter atteinte à la neutralité et à l’impartialité de ses fonctionnaires, ainsi que la tentative de contourner le caractère juridique et judiciaire du dossier, affirmant se réserver le droit de recourir à la justice ».

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu