logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Agriculture
Crise de l’énergie : L’Europe en quête des produits maraîchers du Maroc

22.09.2022 à 14 H 45 • Mis à jour le 22.09.2022 à 14 H 50 • Temps de lecture : 1 minutes
Par et

Dans toute l'Europe du Nord et de l'Ouest, les producteurs de légumes envisagent d'arrêter leurs activités en raison du coût financier généré par la crise énergétique européenne, menaçant encore davantage l'approvisionnement alimentaire.


La flambée des prix de l'électricité et du gaz aura un impact sur les cultures cultivées tout l'hiver dans des serres chauffées telles que les tomates, les poivrons et les concombres, et celles qui doivent être placées en chambre froide, comme les pommes, les oignons et les endives.


Les agriculteurs européens alertent sur les pénuries. L'impact attendu de la production et la flambée des prix signifient que les supermarchés pourraient s'approvisionner davantage en produits provenant de pays plus chauds tels que le Maroc, la Turquie, la Tunisie et l'Égypte, rapporte Reuters.


La flambée des prix de l'essence est le plus gros coût auquel les producteurs de légumes cultivant à l'intérieur des serres sont confrontés, ont déclaré les agriculteurs. Pendant ce temps, deux agriculteurs français renouvelant leurs contrats d'électricité pour 2023 ont déclaré qu'ils se voyaient proposer des prix plus de 10 fois supérieurs à ceux de 2021.


Les agriculteurs ne sont pas seulement confrontés à la flambée des prix de l'énergie. Les coûts d'engrais, d'emballage et de transport sont en augmentation et compromettent les marges. L’augmentation globale des coûts de production est par exemple d'environ 30 % en Allemagne. L'énergie représentait entre la moitié et les deux tiers de ces coûts supplémentaires.


Même dans les pays ensoleillés comme l'Espagne, les producteurs de fruits et légumes sont aux prises avec une augmentation de 25 % des coûts des engrais.


Jack Ward, directeur général de la British Growers Association, a déclaré qu'il était inévitable que la production de fruits et légumes se déplace vers des climats plus chauds.


« Nous déplacerons la production de plus en plus vers le sud, à travers l'Espagne, le Maroc et des parties de l'Afrique », a déclaré Ward.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Le Desk En continu