Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Turquie
Deux Marocaines soupçonnées d’allégeance à Daech livrées à l’Espagne

11.07.2017 à 18 H 50 • Mis à jour le 11.07.2017 à 18 H 51
Par et

Les épouses espagnoles de deux jihadistes marocains de l’organisation l’Etat islamique en Syrie, soupçonnées aussi d’avoir œuvré pour le groupe jihadiste, ont été remises mardi 11 juillet à l’Espagne par la Turquie, a annoncé la Guardia Civil, rapporte Medias24.


« Les détenues, visées par un mandat d’arrêt international sollicité par la garde civile, se sont rendues sur le territoire de Daech pendant plus de deux ans. Elles étaient mariées à des jihadistes marocains qui ont participé à des assassinats de masse », précise la Guardia Civil dans un communiqué.


Les deux femmes, A A-L et F A-L, avaient des « liens avec des membres très actifs de l’organisation » qui en faisaient de possibles « facilitatrices pour l’organisation terroriste en Espagne », affirme la Guardia Civil.


Elles sont en garde à vue, dans l’attente de leur présentation à un magistrat de l’Audience nationale, haut tribunal de Madrid chargé notamment des affaires de terrorisme, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la Guardia Civil.


En Syrie, elles se trouvaient selon la Garde civile “dans un contexte d’extrême brutalité, vivant volontairement sous les joug du groupe terroriste Daech.”  “Leur niveau d’endoctrinement et d’extrémisme religieux en fait une menace potentielle pour la sécurité nationale” , poursuit le communiqué.


Elles s’étaient rendues en Syrie en mars et en avril 2014 pour y rejoindre leurs compagnons, Mohamed Hamdouch et Mourad Kadi, qui seraient morts fin 2015. Le premier, surnommé « le décapiteur de Castillejos » (nom espagnol de Fnideq), avait offert comme cadeau de mariage une ceinture d’explosifs à sa femme, avec qui il a eu un enfant, selon la Guardia Civil. Celle-ci s’est ensuite remariée « avec un autre jihadiste marocain » avec qui elle a eu un autre enfant.


Selon une étude du think tank espagnol Real Instituto Elcano, à partir de données judiciaires et policières, les femmes se rendant dans les territoires contrôlés par Da’ech y vont majoritairement (environ 61 %) pour des raisons “affectives” , comme rejoindre un combattant pour se marier. La moitié (55 %) ont été radicalisées au moins en partie sur Internet.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Le Desk En continu