S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Social
Facultés de médecine: les examens de la deuxième session reportés

03.06.2024 à 09 H 37 • Mis à jour le 03.06.2024 à 09 H 41 • Temps de lecture : 2 minutes
Par

Après l’ultimatum donné par Abdellatif Miraoui, ministre de l’Enseignement supérieur, les examens de la deuxième session au sein des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire seront finalement reportés. Dans des communiqués diffusés en fin de semaine dernière, les doyens des facultés dans différentes villes ont annoncé le report des épreuves jusqu’à une date qui sera décidée ultérieurement.


Cette décision, apprend-on, intervient en réponse à la demande des étudiants, qui poursuivent toujours leur grève ouverte, ainsi qu’à la proposition du ministère de l’Enseignement supérieur et celui de la Santé. Dans leurs annonces, les doyens des facultés de médecine citent ainsi notamment « les efforts du gouvernement pour dépasser la situation actuelle », « la volonté des facultés d’ouvrir de nouvelles perspectives pour la poursuite normalement des cours » et puis « la détermination à sauver l’année universitaire ».


Les examens de la deuxième session, initialement programmés pour à partir du 3 juin, constituaient un dernier « délai imparti » pour les étudiants de valider leur année, avait déclaré Miraoui devant les députés de la Chambre des représentants. Le ministre avait en effet indiqué que le boycott de ces examens signifierait que l’année universitaire serait ratée pour les étudiants grévistes. Il avait alors insisté que le scénario de 2019, année où l’Exécutif avait opté pour l’organisation d’épreuves en septembre pour sauver l’année universitaire dans les facultés de médecine, « ne se reproduira pas ».


Alors que les déclarations de Miraoui ont été reçues comme étant la confirmation d’une année blanche face à l’attachement des étudiants à leur mouvement de protestation, la demande d’un report des examens par ces derniers laisse croire qu’une récupération de l’année universitaire peut toujours être espérée. L’intervention du Chef du gouvernement Aziz Akhannouch qui a promis, à l’issue d’une réunion avec les ministres de tutelle et les doyens des facultés, que « des solutions  » et « une vision claire » seront présentées, laisse à son tour espérer une prochaine sortie de la crise. Les déclarations d’Akhannouch ont suscité des réactions favorables parmi les étudiants en médecine, qui ont exprimé dans un communiqué leur « enthousiasme » quant à son discours.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu