S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Forum
La CGEM et le patronat mauritanien créent une task force pour le co-investissement

21.02.2024 à 20 H 48 • Mis à jour le 21.02.2024 à 20 H 48 • Temps de lecture : 3 minutes
Par

L'Union Nationale du Patronat Mauritanien (UNPM) et la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) ont organisé, ce 21 février à Nouakchott, la troisième édition du Forum économique Mauritanie-Maroc.


300 chefs d’entreprises marocains et mauritaniens en conclave pendant deux jours pour identifier les projets de co-investissement, notamment dans l’agriculture, la pêche, l’agroalimentaire, l’énergie et l’infrastructure


En marge de ce Forum, la CGEM et l’UNPM ont procédé à la création d’une task force au sein du Conseil d'Affaires Mauritanie-Maroc pour accompagner, sur le terrain, la concrétisation des projets d’investissement et en assurer le suivi. Celle-ci procède d’une feuille de route qui a été déterminée pour concrétiser rapidement les projets d'investissement et en faire le suivi et l’évaluation.


Cette task force est amené à jouer un rôle majeur dans le rapprochement des communautés des affaires marocaine et mauritanienne et dans la facilitation des démarches d'investissement et de commerce bilatéral.  Elle œuvrera ainsi, selon un plan d’action clair et pragmatique, à accompagner sur le terrain les entreprises des deux pays pour le déploiement de leurs investissements, notamment en adressant, en partenariat avec les pouvoirs publics, les défis qui pourraient se présenter.


Les opérateurs économiques marocains et mauritaniens comptent ainsi capitaliser  sur la proximité géographique et sur les acquis réalisés en termes d'investissement et d’échanges commerciaux, qui ont avoisiné les 300 millions de dollars en 2022, enregistrant une augmentation de 58 % par rapport à 2020.


A noter que le Maroc est aujourd'hui le premier investisseur africain en Mauritanie avec une présence dans les secteurs bancaire, des télécoms, de l'agriculture, de l'agroalimentaire, de la construction et de l'énergie.


Le Royaume aspire à consolider davantage ce positionnement, dans une démarche win-win et de co-investissement entre les entrepreneurs des deux pays avec l'ambition de contribuer conjointement à la construction de chaînes de valeurs africaines intégrées et de tirer plein profit des opportunités que présente la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF).


Lors de son intervention à ce Forum, Chakib Alj, président de la CGEM, a souligné que « la Mauritanie représente pour les opérateurs économiques marocains un marché à fort potentiel et a réitéré l'ambition du secteur privé marocain de renforcer davantage le partenariat économique et commercial avec la Mauritanie pour en faire un modèle de coopération à l'échelle maghrébine, arabe et africaine. Un partenariat novateur, durable, créateur d’emplois et porteur d’un fort impact sur la croissance économique et sur la prospérité du continent africain, conformément à la vision royale ».


Il a aussi affirmé que « toutes les conditions sont réunies pour atteindre cet objectif commun et invité les participants des deux pays à passer à l’action et à transformer les opportunités existantes en projets concrets, particulièrement dans les secteurs d'agriculture, de la pêche, de la transformation des produits alimentaires, des énergies renouvelables, d'infrastructures et de tourisme dont les potentialités ne sont plus à démontrer ». 


Pour sa part, le Président de l'UNPM, Zine Al Abidine Ould Cheikh Ahmed, a souligné « qu’en tant qu’opérateurs économiques, nous sommes appelés à saisir les opportunités offertes et à œuvrer à la promotion de notre partenariat économique et à multiplier nos échanges commerciaux, afin d’établir un pôle économique majeur dans notre région stratégique et ouverte sur les marchés africains, européens ou encore américains ». « Je reste convaincu de notre capacité à relever ensemble les défis et à insuffler la dynamique requise dans les différents secteurs d’intérêt commun, afin d’atteindre nos ambitions relatives au développement socio-économiques de nos pays », a-t-il ajouté.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu