Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Armée
La Marine royale décidée à s’équiper de son premier sous-marin

18.02.2019 à 19 H 38 • Mis à jour le 18.02.2019 à 19 H 38
Par La rédaction

C’est une vieille aspiration de la Marine royale qui remonte à la surface. Selon des sources proches de son homologue espagnole, consultées par El Confidencial Digital, Rabat « va redoubler d’efforts dans les mois à venir » en vue d’acquérir ses premiers sous-marins.


Aussi le Maroc aurait intensifié ses recherches « après les dernières démarches entreprises par son voisin et rival, l’Algérie », assure la même source qui rappelle que l’Algérie a récemment annoncé qu’elle avait commandé l’achat de deux nouveaux sous-marins de la classe ‘Kilo’  de type 636M –  la classe améliorée ‘Kilo’  –  en Russie, qui s’ajouteront aux deux autres commandés en 2014 et déjà livrés. C’est l’un des sous-marins diesel les plus silencieux au monde, est-il précisé.


À ces sous-marins s’ajoutent les quatre « kilos » soviétiques dont l’Algérie dispose déjà et qui sont opérationnels, mais qui, en raison de leurs caractéristiques et de leur usure, ne servent que d’appareils de défense côtière.


Cela a provoqué l’ouverture même d’un débat sur l’équilibre de la puissance militaire dans le détroit au sein de la marine espagnole, étant donné que l’Espagne dispose actuellement d’une force sous-marine jugée insuffisante pour la surveillance de l’ensemble du littoral, du détroit et de la mer d’Alborán dans l’attente de l’arrivée de ses sous-marins S-80.


Dans ce sens, le Maroc pourrait dans un premier temps équiper sa base navale de de Ksar Sghir d’un premier sous-marin qui ajouterait ainsi à la puissance de sa flotte du nord composée de trois corvettes et surtout de sa frégate FREMM de conception française.


El Confidencial Digital revient sur l’option d’achat maintes fois évoquée d’un sous-marin russe de classe Amur, un navire de 5e génération capable de transporter la technologie de propulsion anaérobie (AIP) qui réduit considérablement le besoin en oxygène et augmente le temps d’immersion, mais aussi celle d’acquérir des sous-marins d’occasion, comme ce fut envisagé un temps avec la Grèce pour des besoins de submersibles-écoles.

Par La rédaction
Le Desk En continu