Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Hirak
La prison de Ras El Ma menace de poursuivre le père de Zafzafi pour «calomnies»

20.02.2020 à 17 H 38 • Mis à jour le 20.02.2020 à 17 H 38
Par La rédaction

L’administration de la prison locale Ras El Ma à Fès a indiqué, jeudi, que les détenus Nasser Zafzafi et Najib Ahamjik, incarcérés dans le cadre des événements d’Al Hoceima, « jouissent de tous les droits que leur garantit la loi ».


Dans une mise au point en réponse « aux déclarations et allégations » avancées par un proche du détenu (N.Z) (Ahmed Zafzafi, père de Nasser, ndlr) et relayées sur les réseaux sociaux et certains sites électroniques, l’administration de l’établissement affirme que les deux prisonniers concernés, (N.Z) et (N.A), « jouissent de tous les droits que leur garantit la loi, qu’il s’agisse d’accès aux soins médicaux, de logement, de visite ou autre ».


Concernant les soins médicaux, l’administration pénitentiaire relève que « les détenus concernés bénéficient de consultations, d’analyses et d’examens médicaux, en cas de besoin », ajoutant que « depuis son arrivée dans cet établissement, le détenu (N.Z) a bénéficié de 70 examens médicaux dans la clinique de la prison et de cinq autres spécialisés dans des établissements de santé publics, tandis que le second détenu a profité de 19 examens au sein de la clinique de l’établissement et de deux examens spécialisés en dehors de la prison ».


Par ailleurs, ajoute le document, « les deux détenus bénéficient des visites de manière régulière », précisant que « l’administration de l’établissement autorise toute personne à visiter, tant que cette visite sauvegarde les liens sociaux et familiaux et les prépare à leur future réinsertion ».


« Il en va de même pour l’accès aux livres et publications autorisé par l’administration de l’établissement du moment que ces ouvrages apportent une valeur ajoutée intellectuelle aux deux détenus », ajoute la même source. Les déclarations et allégations émanant du proche du détenu sont « des calomnies à travers lesquelles ce dernier tente d’induire en erreur l’opinion publique en lui faisant croire à l’existence de faits, en réalité différents, à travers les allégations diffusées sur les réseaux sociaux », assure l’administration de la prison locale Ras El Ma.


Et d’ajouter que le proche du détenu « cherche l’attention médiatique et l’instrumentalisation du dossier des événements d’Al Hoceima, suivant ainsi les diktats des entités suspectes qui l’ont engagé pour servir leurs agendas hostiles aux intérêts suprêmes du Royaume ».


L’administration de la prison locale Ras El Ma à Fès affirme qu’elle « aura recours à la justice pour poursuivre le proche du détenu en raison des accusations gratuites contenues dans ses déclarations », ajoutant « qu’elle continuera à appliquer la loi et à lutter contre tout ce qui pourrait violer les contrôles juridiques régissant les établissements pénitentiaires, tout en veillant à ce que les droits de tous les détenus soient garantis, sans discrimination ou préférence ».

Par La rédaction
Le Desk En continu