Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Palestine
L’Australie reconnaît Jérusalem-Ouest comme capitale d’Israël

16.12.2018 à 12 H 24 • Mis à jour le 16.12.2018 à 12 H 24
Par Reuters

L’Australie a reconnu samedi Jérusalem-Ouest comme capitale de l’Etat d’Israël, mais n’y transférera pas son ambassade tant que le statut définitif de la ville n’aura pas été déterminé.


« L’Australie reconnaît Jérusalem-Ouest, où se trouvent la Knesset et de nombreux institutions gouvernementales, comme la capitale d’Israël », a annoncé le Premier ministre Scott Morrison.


« Nous sommes impatients de transférer notre ambassade lorsque cela sera réalisable », a-t-il poursuivi, s’adressant à la presse à Sydney. Il a précisé que des représentations commerciales et de défense y seraient ouvertes.


Le chef de gouvernement s’est en outre dit favorable à ce que Jérusalem-Est devienne la capitale d’un Etat palestinien.


Il y a près de deux mois, Scott Morrison avait dit ne pas exclure de reconnaître Jérusalem en tant que capitale d’Israël, comme l’ont fait les Etats-Unis en décembre 2017. L’ambassade américaine y a été transférée le 14 mai dernier, ce que l’Autorité palestinienne et l’Union européenne ont condamné.


Le chef du gouvernement australien avait alors assuré qu’une telle décision ne remettait pas en cause le principe de coexistence pacifique de deux Etats au coeur du processus de paix, ce qu’il a répété samedi.


Pour le négociateur palestinien Saeb Erekat, sa décision est à mettre sur le compte de la « petite politique intérieure » et ne sera d’aucun secours pour « la solution de deux Etats ».


« Les négociations sur le statut définitif de Jérusalem doivent porter sur toute la ville, dont la partie orientale fait partie intégrante du territoire palestinien occupé, en vertu droit international », a déclaré Erekat dans un communiqué.


Israël considère la décision du gouvernement australien « comme un pas dans la bonne direction », a déclaré le ministère israélien des Affaires étrangères.


L’Etat d’Israël a conquis Jérusalem-Est, partie arabe de la ville, lors de la guerre des Six-Jours, en 1967, avant de l’annexer d’en faire sa « capitale éternelle et indivisible ». Les Palestiniens veulent en faire la capitale de leur futur Etat.


La communauté internationale ne reconnaît pas la souveraineté d’Israël sur la totalité de la ville, qui abrite des lieux saints des trois religions monothéistes.

Par Reuters
Le Desk En continu