Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Sahara
Le Brésil espère que le trafic routier à Guerguerat sera garanti sans entraves

18.11.2020 à 23 H 49 • Mis à jour le 18.11.2020 à 23 H 49
Par

Le ministère brésilien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que son gouvernement « suit avec inquiétude l’évolution dans la zone tampon au Sahara occidental ces derniers jours ».

 

« Dans l’intérêt de la paix et de la prospérité dans la région, le Brésil espère que le trafic routier et les flux commerciaux dans le corridor de Guerguerat seront garantis sans entraves », a indiqué la même source.


Brasilia a réitéré son soutien au processus en cours au sein des Nations Unies pour parvenir à une solution « juste et mutuellement acceptable pour déterminer le statut final du Sahara Occidental ».


« Le gouvernement brésilien rejette le recours à la violence et appelle au respect du cessez-le-feu en vigueur depuis 1991 », a déclaré la diplomatie brésilienne.


En juin 2019, lors d’une visite du ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, au Brésil, ce dernier a indiqué soutenir les efforts du Maroc pour parvenir à « une solution réaliste » à la question du Sahara, « qui n’a que trop duré », selon son homologue Ernesto Araujo, qui a fait état de la disposition de son pays à contribuer aux différents efforts pour parvenir à des solutions allant « au delà de la rhétorique ».


« Concernant la question du Sahara, une question vitale pour le Maroc, le Brésil soutient les efforts du Maroc pour parvenir à une solution réaliste à la question du Sahara, qui dure depuis des décennies », avait déclaré le chef de la diplomatie brésilienne lors d’une conférence de presse conjointe Bourita.


Araujo avait également indiqué que son pays « a tout intérêt à contribuer aux différents efforts dans le monde pour parvenir à des solutions qui vont au delà de la simple rhétorique et créent des nouvelles bases de coopération », en relevant que le Brésil y apportera tous les moyens en sa disposition.


Il avait en outre relevé que « l’échange de vues sur des questions épineuses a été absolument fondamental, en mettant en relief les relations de grande amitié et de grande confiance que partagent les deux pays ».

 

Le Brésil se distingue en Amérique Latine pour n’avoir jamais reconnu le statut d’Etat à la « RASD », relève Yabiladi. Le président Jair Bolsonaro s’est félicité le 19 octobre en marge du Forum économique Brésil-Pays arabes du niveau de la coopération avec le royaume, fait remarquer la même source. « Le Maroc avec lequel nous vivons un rapprochement politique important, constitue un partenaire stratégique pour le Brésil et pour notre agriculture, en ce qu’il est un fournisseur incontournable d’engrais », avait déclaré le chef de l’Etat brésilien dans son allocution.


Le 3 novembre, le président de la commission des Affaires étrangères à la Chambre des représentants brésilienne avait de son côté salué le plan d’autonomie proposé par le Maroc depuis 2007 pour régler ce différend régional.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu