S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk

Connectez-vous

ou

Abonnez-vous !
60 DH

1 mois
Découvrir les offres
En continu

Export
Le lobby agricole d’Almeira réclame des contrôles sanitaires plus stricts aux produits marocains

12.01.2024 à 10 H 52 • Mis à jour le 12.01.2024 à 10 H 52 • Temps de lecture : 1 minutes
Par

L'Association des organisations de producteurs de fruits et légumes de la province d'Almería (Coexphal) monte de nouveau au créneau pour tenter de faire barrage à la production de pays tiers à l’Union européenne (UE), en particulier celle du Maroc.


Coexphal a ainsi dénoncé qu'au cours de l'année 2023, plus de 500 alertes sanitaires ont eu lieu dans l'Union européenne concernant des produits en provenance de Maroc et de Turquie, accusant les autorités communautaires de n’avoir pris aucune mesure efficace contre ce problème.


Face à cette situation, les agriculteurs d'Almería réclament un traitement égal de leurs produits pour protéger l'agriculture européenne de celle des pays tiers.


Coexphal considère qu'il est temps d'exiger des changements dans la stratégie de la Politique Agricole Commune (PAC) pour la période 2027-2034.


Son directeur, Luis Miguel Martínez dénonce « la passivité des autorités communautaires face à ce nombre élevé d'alertes sanitaires pour des produits originaires de Turquie et du Maroc », alors que « les produits d'Almería sont de plus en plus soumis à des exigences et à des contrôles accrus concernant l'utilisation de produits phytosanitaires et d'engrais ». L'organisation des producteurs d'Almería regrette que les sanctions contre les pays tiers face à tant d'alertes ne soient pas énergiques.


En ce sens, Coexphal estime qu'une renégociation de la nouvelle PAC serait nécessaire pour protéger l'avenir des agriculteurs communautaires.

encontinu - ©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Le Desk En continu